Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INFO ÉCO

Daniel Kretinsky, le milliardaire tchèque à l'assaut de la presse française

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Agriculteurs "à la mer, pour prendre du champ"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Gilets jaunes: Macron cherche la bretelle de sortie"

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Cotisations sociales : la machine à redistribuer

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : bras de fer interminable entre le pouvoir et l'opposition

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Brexit : quelles issues pour Theresa May et le Royaume-Uni ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Yarol Poupaud

En savoir plus

#ActuElles

Des employées enceintes harcelées au Japon

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Projet d'accord sur le Brexit : Theresa May, une première ministre bien isolée

En savoir plus

Afrique

Présidentielle au Kenya : le scrutin en partie reporté en raison des violences

© Yasuyoshi Chiba, AFP | Policiers et manifestants se sont affrontés dans le bidonville de Kibera, jeudi 26 octobre 2017, en marge du scrutin.

Vidéo par Bastien RENOUIL

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/10/2017

Au moins trois personnes ont été tuées, jeudi, au Kenya, au cours d'affrontements avec la police en marge du scrutin présidentiel. Les régions les plus touchées par les violences ont reporté le vote à samedi.

Le président de la Commission électorale (IEBC) a annoncé, jeudi 26 octobre, que l'élection présidentielle serait reportée à samedi dans quatre comtés de l'ouest du Kenya, dans lesquels ont eu lieu de violents affrontements entre partisans de l'opposition et la police.

Au moins trois personnes sont mortes par balles au cours d'affrontements entre forces de l'ordre et partisans de l'opposition en marge du scrutin. Parmi elles figure un jeune homme, blessé à Kisumu, dans l'ouest du pays. Transporté à l'hôpital, il "a succombé à ses blessures", a déclaré Henry Omosa, infirmier dans l'établissement public.

À Migori, toujours dans l'ouest du Kenya, plusieurs centaines de jeunes gens étaient rassemblés aux abords d'une grande rue jonchée de débris et de barricades en flammes, selon des images de la chaîne de télévision kényane NTV.

Une cinquantaine de morts depuis le 8 août

À Kibera et Mathare, deux bidonvilles de la capitale, Nairobi, la police a tiré des grenades lacrymogènes. Des protestataires ont allumé des incendies à Kibera tôt dans la matinée. À Mathara, une église a été attaquée au cocktail Molotov et un électeur a été pris à partie.

À Mombasa, sur la côte de l'océan Indien, des manifestants ont mis le feu à des pneus et à du bois sur la grande avenue.

Le scrutin de jeudi fait suite à celui du 8 août qui avait donné gagnant le président sortant Uhuru Kenyatta mais avait été invalidé pour "irrégularités". Le candidat de l'opposition Raila Odinga a finalement décidé de ne pas prendre part à ce second scrutin pour protester contre l'absence de changements au sein de la Commission électorale. Il a appelé ses partisans à boycotter le vote.

Le président sortant Uhuru Kenyatta, qui fête jeudi son 56e anniversaire, est dès lors assuré de l'emporter face à six candidats mineurs. Mais sa victoire annoncée fera certainement l'objet de recours devant la justice.

>> À voir : Kenya : une présidentielle sous le signe de la violence

Depuis le 8 août, une cinquantaine de personnes ont été tuées dans les violences politiques, en majorité par les forces de sécurité.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 26/10/2017

  • KENYA

    Kenya : au moins un mort dans des affrontements en marge de la présidentielle

    En savoir plus

  • KENYA

    Le Kenya sous haute tension, Odinga appelle au boycott de la présidentielle

    En savoir plus

  • KENYA

    Présidentielle au Kenya : après l'annulation, tous les candidats autorisés à se représenter

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)