Accéder au contenu principal

L'armée irakienne suspend ses opérations militaires contre les Kurdes pendant 24 heures

Des membres des forces irakiennes combattant des peshmerga dans la zone de Fish-Khabour, dans le Kurdistan irakien, le 26 octobre 2017.
Des membres des forces irakiennes combattant des peshmerga dans la zone de Fish-Khabour, dans le Kurdistan irakien, le 26 octobre 2017. Ahmad Al-Rubaye, AFP

Pendant vingt-quatre heures, Bagdad suspend ses opérations militaires dans les zones disputées avec les pershmerga au Kurdistan irakien, a annoncé, vendredi, le chef du gouvernement Haïdar al-Abadi.

Publicité

Le Premier ministre irakien a annoncé, vendredi 27 octobre, "l'arrêt des mouvements des forces armées pendant vingt-quatre heures" dans les zones disputées entre Bagdad et Erbil.

Cet arrêt vise à "permettre à un comité technique regroupant les autorités fédérales et celles du Kurdistan de travailler à un déploiement de forces fédérales dans l'ensemble des zones disputées", affirme dans un communiquéHaïdar al-Abadi, Premier ministre et commandant en chef des armées. Le texte ajoute que ces opérations doivent cesser "immédiatement à Fich-Khabour et le long des frontières pour éviter l'affrontement et l'effusion de sang entre fils d'une même nation".

Le poste-frontière de Fich-Khabour, particulièrement stratégique pour les Kurdes, tant d'Irak que de Syrie, a été jeudi le théâtre de violents affrontements à l'artillerie lourde entre troupes irakiennes et combattants kurdes.

Le pétrole, enjeu stratégique

Cette zone, située à l'intérieur du Kurdistan autonome, est un enjeu stratégique crucial car c'est par là que le pétrole, venant à la fois des régions kurdes et des régions sous contrôle de Bagdad, s'écoule via un oléoduc en direction de la Turquie et des marchés d'exportation.

La grande ville pétrolière de Kirkouk était tombée aux mains des forces irakiennes le 16 octobre, sans que les peshmerga opposent de résistance. Mais les combattants kurdes avaient commencé à riposter à mesure que les troupes de Bagdad se rapprochaient des trois provinces autonomes officiellement gérées par le gouvernement régional du Kurdistan (RGK).

Les combats les plus violents ont eu lieu dans le secteur de Fish-Khabour et à Altun Kupri, à 50 km au sud d'Erbil.

Avec Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.