Accéder au contenu principal

Le Français Sébastien Ogier devient champion du monde de rallye, pour la 5e fois consécutive

Sébastien Ogier, cinq fois champion du monde de rallye, célébrait sa deuxième place au rallye de Catalogne, le 8 octobre à Salou.
Sébastien Ogier, cinq fois champion du monde de rallye, célébrait sa deuxième place au rallye de Catalogne, le 8 octobre à Salou. Josep Lago, AFP

Le pilote français Sébastien Ogier a été sacré champion du monde pour la cinquième fois consécutive, dimanche après le Rallye de Grande-Bretagne à Deeside. Une consécration méritée, mais loin d'être évidente après une année difficile pour le pilote.

Publicité

Sébastien Ogier s'est offert un cinquième titre consécutif de champion du monde des rallyes, au Rallye de Grande-Bretagne dimanche, qui fait de lui le deuxième pilote le plus titré de l'histoire du WRC et du sport automobile français derrière Sébastien Loeb (neuf titres).

Au-delà du chiffre, ce titre obtenu avec l'équipe privée M-Sport, qui ne bénéficie que du soutien technique de Ford et ne dispose pas des moyens financiers et humains d'un constructeur, a une valeur sportive particulière.

Ogier n'est en effet que le troisième pilote sacré au volant de voitures de marques différentes, après l'Allemand Walter Röhrl et le Finlandais Juha Kankkunen.

"Cette année a été compliquée, mais avoir ça à la fin, c'est incroyable", a réagi, en larmes, le pilote, arrivé chez M-Sport cette saison après le retrait soudain de Volkswagen fin 2016. "Nous avons tous travaillé très dur."

"Un titre signifie toujours beaucoup, mais celui-là arrive après une année tellement difficile, a-t-il poursuivi. Cette année était un peu à l'image de ce week-end que j'espérais plus tranquille !"

Une victoire particulièrement difficile à décrocher

Comme un condensé de ce championnat dominé dans l'adversité, le Français n'a en effet pour la première fois pas été titré sur une victoire, mais sur une troisième place acquise à force de volonté, à l'image de sa course contre la montre entre deux spéciales samedi soir pour réparer un disque de frein cassé, dans la nuit noire, le brouillard et la boue.

"Il n'est jamais facile de gagner un titre mais, cette année, c'était clairement plus serré que l'année précédente", faisait remarquer Sébastien Ogier avant la course. "Nous n'avions pas l'avantage que nous avons pu avoir sur les autres en termes de performance par le passé." Mais la fiabilité et l'endurance sont venues compenser le déficit de vitesse : en douze rallyes, lui et son copilote Julien Ingrassia sont tout de même montés neuf fois sur le podium. Personne n'a fait mieux.

Un couple fait pour la victoire

Le patron de M-Sport Malcom Wilson n'en attendait pas tant, et explique ce succès tant par la fiabilité de ses voitures que par l'apport de Sébastier Ogier et son copilote Julien Ingrassia.

"Dès qu'ils sont entrés dans l'atelier, il a été facile de voir pourquoi Sébastien et Julien ont été quatre fois champions du monde. Ils sont très professionnels, entièrement dévoués au travail, avec une grande attention aux détails", dit-il. "Leur arrivée a permis à tout le monde de donner les 5 % supplémentaires qui permettent d'avoir des résultats."

Sébastien Ogier, 33 ans, est né à Gap (Hautes-Alpes) le 17 décembre 1983. Après des débuts relativement tardifs dans la discipline, en 2006, il a fait ses premiers pas en Mondial en 2008, avant d'intégrer la structure WRC de Citroën en 2010, aux côtés de Sébastien Loeb. Voyant son horizon bouché chez la marque aux chevrons, il a rejoint Volkswagen dès 2012, pour remporter le titre mondial dès la première année du constructeur allemand en WRC, en 2013.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.