Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

MHD, le phénomène rap

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump se fait l'avocat de Brett Kavanaugh

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Guerre en Syrie - Idleb : accord Moscou-Ankara pour une "zone démilitarisée"

En savoir plus

TECH 24

Hacker les humains

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget 2019 : quels sacrifices ?

En savoir plus

REPORTERS

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le tournant ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Tiken Jah Fakoly

En savoir plus

#ActuElles

Maroc : les droits des femmes encore à conquérir

En savoir plus

EUROPE

Catalogne : Carles Puigdemont refuse de se rendre à la convocation de la justice espagnole

© Aurore Belot, AFP | Carles Puigdemont lors d'une conférence de presse à Bruxelles, le 31 octobre 2017.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/11/2017

Le président catalan destitué, Carles Puigdemont, ne se rendra pas à sa convocation par la justice espagnole jeudi. Il demandera à être interrogé depuis la Belgique, a-t-on appris mercredi par son avocat belge.

Carles Puigdemont, le président destitué de Catalogne, demandera à être interrogé depuis la Belgique où il se trouve, et ne se rendra pas à sa convocation de justice à Madrid jeudi, a déclaré mercredi 1er novembre son avocat belge à la télévision publique catalane.

"Il ne va pas à Madrid, et j'ai proposé qu'on l'interroge ici en Belgique. C'est possible, j'ai déjà eu dans le passé des cas comme ça, quand on a interrogé le suspect en Belgique", a déclaré l'avocat belge Paul Bekaert, sur TV3.

La Haute cour de justice espagnole a entamé une procédure à l’encontre de Carles Puigdemont pour rébellion, sédition et abus de confiance. La juge de l'Audience nationale, Carmen Lamela, a convoqué pour jeudi et vendredi l’ex-président de région et treize autres membres de l'exécutif catalan destitué vendredi dernier par le gouvernement espagnol.

Mandat d'arrêt contre Puigdemont

Si Carles Puigdemont ne se rend pas à sa convocation, il pourrait faire l'objet d'un mandat d'arrêt qui l'empêcherait de participer aux élections régionales convoquées le 21 décembre par le gouvernement espagnol. Madrid a placé la province autonome de Catalogne sous tutelle quelques heures après sa proclamation d'indépendance, le 27 octobre.

Carles Puigdemont, qui s'est exprimé mardi devant la presse à Bruxelles, a dit vouloir rester en Belgique en attendant d'avoir les "garanties" d'un "traitement juste et indépendant" de la part de Madrid. Mais, promettant de relever le "défi démocratique" des élections, il a ajouté qu'il n'avait pas l'intention de demander l'asile politique ni de se soustraire à la justice.

Trois des responsables catalans qui l'avaient suivi à Bruxelles sont rentrés mardi soir à Barcelone, où des manifestants les ont accueillis avec le slogan : "En prison !".

Avec AFP et Reuters

Première publication : 01/11/2017

  • ESPAGNE

    Convoqué par la justice espagnole, Carles Puigdemont reste à Bruxelles

    En savoir plus

  • BELGIQUE

    En Belgique pour sa "sécurité", Puigdemont respectera les résultats du scrutin de décembre

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Menacé de poursuites, Carles Puigdemont se trouve à Bruxelles

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)