Accéder au contenu principal
Reporters

Reportage exclusif : Rohingya, le déni birman

France 24

En Birmanie, le nord de l'État d'Arakan est une zone coupée du monde. Ces dernières semaines, les violences qui s’y déroulent ont poussé des centaines de milliers de Rohingya à fuir vers le Bangladesh. Notre correspondant dans la région, Clovis Casali, a été l'un des rares journalistes à pouvoir s'y rendre. Il a rencontré des membres de cette minorité musulmane, terrifiés. Un document rare.

Publicité

Le 25 août 2017, les combattants rohingyas de l'ARSA (l'Armée du salut pour les Rohingya de l'Arakan) ont attaqué des postes de police, provoquant une riposte immédiate et sanglante de l'armée birmane. La Birmanie affirme que ses opérations visaient simplement à traquer des "terroristes", mais les ONG et l'ONU considèrent qu’il s’agit d’une campagne de "nettoyage ethnique". Certains évoquent même un génocide.

>> Regardez notre reportage : "La haine des extrémistes bouddhistes envers les Rohingya"

Après des semaines de négociations avec les autorités, notre correspondant dans la région, Clovis Casali, a été autorisé à suivre l'armée lors d’un déplacement dans cette zone ravagée par les combats.

>> À lire aussi : Aung San Suu Kyi se rend dans la région des Rohingya

Dans les villages rohingyas, la nourriture manque cruellement car l'accès humanitaire est coupé. Sur les plages, ils sont des centaines à chercher à quitter à tout prix le pays en traversant le fleuve Naf, frontière entre l'État d'Arakan (également appelé Rakhine) et le Bangladesh. Dans un reportage exclusif, France 24 vous emmène à la rencontre de cette ethnie musulmane considérée comme l’une des minorités les plus persécutées du monde.

>> Regardez aussi notre entretien avec le Haut Commissaire pour les réfugiés : "Le plus urgent, c'est d'arrêter la violence"

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.