Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#pasdevague et #jesuisunabruti, journée chargée sur les réseaux sociaux français

En savoir plus

LE DÉBAT

Comores : les risques d'une crise politique

En savoir plus

FOCUS

Irak : des personnalités féminines anticonformistes en danger

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Le "Davos du désert" compromis par l'affaire Khashoggi

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Maroš Šefčovič : "Nous avons besoin d'intensifier le dialogue entre pays de l'Est et de l'Ouest"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Musique, mode, peinture : Mounia, égérie volcanique de la création

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Brexit : la bataille de la pêche a commencé

En savoir plus

Pas 2 Quartier

"Noise": Raconter sa ville au fil du RER

En savoir plus

L’invité du jour

Farouk Mardam-Bey et Ziad Majed : "La dynastie Assad considère la Syrie comme une propriété privée"

En savoir plus

Afrique

L'élection présidentielle en RD Congo se tiendra finalement le 23 décembre 2018

© Bryan R. Smith, AFP | Le président de la RDC, Joseph Kabila, le 23 septembre 2017, à New York.

Vidéo par Thomas NICOLON

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/11/2017

Après plusieurs semaines d'attente, le président de la commission électorale en RD Congo a annoncé, dimanche soir, que l'élection présidentielle aura lieu le 23 décembre 2018, provoquant la colère de l'opposition.

L'élection présidentielle, prévue fin 2017 en République démocratique du Congo (RDC) pour désigner le successeur de Joseph Kabila, se tiendra finalement le 23 décembre 2018, a annoncé, dimanche 5 novembre, le président de la commission électorale, Corneille Nangaa. Le résultat de l'élection sera publié le 9 janvier 2019 et le nouveau chef d'État sera investi dans ses fonctions le 13 janvier.

Le mandat de Joseph Kabila, qui a succédé à son père Laurent, après son assassinat en 2001, devait s'achever le 19 décembre 2016. Son refus de quitter le pouvoir a provoqué des violences qui avaient fait des dizaines de morts.

La Constitution lui interdit de briguer un nouveau mandat, mais l'élection de son successeur a été repoussée à plusieurs reprises, officiellement faute de moyens financiers. Il était toutefois prévu que le scrutin se tienne avant la fin 2017, en vertu d'un accord conclu avec l'opposition.

>> À voir : Joseph Kabila, une présidence sans fin ?

Celle-ci a vivement réagi à l'annonce de la commission électorale. "Le régime prédateur veut prolonger l'instabilité et la misère du peuple. Nous n'acceptons pas ce calendrier fantoche", s'est insurgé sur Twitter le chef de l'opposition en exil Moïse Katumbi.

>> Entretien avec Moïse Katumbi : "C'est un devoir pour moi d'aller sauver le peuple de RDC"

Les opposants soupçonnent Joseph Kabila de chercher in fine à organiser un référendum pour amender la Constitution, afin de briguer un troisième mandat, comme l'ont fait ses homologues au Congo et au Rwanda.

La RDC, anciennement Zaïre, n'a jamais connu de transition pacifique et démocratique sous la forme d'un processus électoral accepté par tous depuis l'indépendance en 1960.

Avec Reuters

Première publication : 06/11/2017

  • RD CONGO

    L'ONU demande un calendrier électoral "dès que possible" en RD Congo

    En savoir plus

  • RD CONGO

    Lambert Mende : "Je doute fort que la population congolaise suive l'appel de Katumbi"

    En savoir plus

  • RD CONGO

    RD Congo : Kabila promet la "publication prochaine" du calendrier en vue de la présidentielle

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)