Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Plan "ma santé 2022" en France : urgences à l'hôpital ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Benoît Hamon : "Celui qui est en cause dans l'affaire Benalla, c'est Macron"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Benoît Hamon : "Je veux reconstruire la gauche"

En savoir plus

FOCUS

Invasion de sargasse au Mexique : désastre ou chance à saisir?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Audiard : "Depuis longtemps, j'avais envie de tourner avec des Américains"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Voyage inoubliable sur le train du désert en Mauritanie et 300 kilomètres pour les plages de Tunisie

En savoir plus

L’invité du jour

Ghislaine Dehaene : "Il faut parler au bébé pour lui permettre de façonner son esprit"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Population mondiale : le vieillissement s’accélère

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Gérard Collomb, chronique d'un départ annoncé"

En savoir plus

Afrique

Zimbabwe : Robert Mugabe limoge son vice-président

© AFP | Emmerson Mnangagwa (à droite), 75 ans, essuyait depuis plusieurs semaines les vives critiques de proches du président (à gauche).

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/11/2017

Alors qu'au Zimbabwe la guerre pour la succession de Robert Mugabe fait rage au sein du parti au pouvoir, le chef d'État a démis de ses fonctions, lundi, son vice-président Emmerson Mnangagwa, accusé de "déloyauté".

Le vice-président zimbabwéen Emmerson Mnangagwa, jusqu'alors considéré comme l'un des successeurs potentiels au président Robert Mugabe, a été limogé, a annoncé, lundi 6 novembre, le ministre de l'Information Simon Khaya Moyo.

"Il est devenu évident [que le] comportement" d'Emmerson Mnangagwa "dans l'exercice de ses fonctions est devenu incohérent avec ses responsabilités officielles", a affirmé le ministre de l'Information. "Le vice-président a systématiquement et constamment fait preuve de manque de loyauté, de manque de respect, de malhonnêteté et de manque de sérieux", a-t-il expliqué.

Guerre de succession

Surnommé "le crocodile", Emmerson Mnangagwa, 75 ans, essuyait depuis plusieurs semaines les vives critiques de proches du président, dont la première dame Grace Mugabe, qui lui ont reproché de prétendre avoir été victime en août d'une tentative d'empoisonnement. Ses partisans ont alors suggéré que cette tentative avait été ourdie par l’épouse du président, qui l'a très vigoureusement démenti.

Emmerson Mnangagwa avait déjà perdu, début octobre, son portefeuille de ministre de la Justice. Mais il avait alors été maintenu à la vice-présidence, dont il occupait un des deux postes depuis 2014. Son départ forcé intervient au moment où la guerre pour la succession du président, âgé de 93 ans, fait rage au sein du parti au pouvoir, la Zanu-PF, même si Robert Mugabe a déjà annoncé qu'il briguerait un nouveau mandat en 2018.

Grace Mugabe est considérée comme l'un des dauphins potentiels de son mari, au pouvoir depuis l'indépendance du Zimbabwe en 1980. Dimanche, elle avait annoncé qu'elle était prête à lui succéder.

Avec AFP

Première publication : 06/11/2017

  • ZIMBABWE

    Face au tollé, l'OMS annule la nomination de Mugabe comme "ambassadeur de bonne volonté"

    En savoir plus

  • ZIMBABWE

    Tollé après la nomination de Mugabe comme "ambassadeur de bonne volonté de l'OMS"

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD-ZIMBABWE

    Afrique du Sud : Grace Mugabe obtient l'immunité et rentre à Harare

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)