Accéder au contenu principal

Zimbabwe : Robert Mugabe limoge son vice-président

Emmerson Mnangagwa (à droite), 75 ans, essuyait depuis plusieurs semaines les vives critiques de proches du président (à gauche).
Emmerson Mnangagwa (à droite), 75 ans, essuyait depuis plusieurs semaines les vives critiques de proches du président (à gauche). AFP

Alors qu'au Zimbabwe la guerre pour la succession de Robert Mugabe fait rage au sein du parti au pouvoir, le chef d'État a démis de ses fonctions, lundi, son vice-président Emmerson Mnangagwa, accusé de "déloyauté".

Publicité

Le vice-président zimbabwéen Emmerson Mnangagwa, jusqu'alors considéré comme l'un des successeurs potentiels au président Robert Mugabe, a été limogé, a annoncé, lundi 6 novembre, le ministre de l'Information Simon Khaya Moyo.

"Il est devenu évident [que le] comportement" d'Emmerson Mnangagwa "dans l'exercice de ses fonctions est devenu incohérent avec ses responsabilités officielles", a affirmé le ministre de l'Information. "Le vice-président a systématiquement et constamment fait preuve de manque de loyauté, de manque de respect, de malhonnêteté et de manque de sérieux", a-t-il expliqué.

Guerre de succession

Surnommé "le crocodile", Emmerson Mnangagwa, 75 ans, essuyait depuis plusieurs semaines les vives critiques de proches du président, dont la première dame Grace Mugabe, qui lui ont reproché de prétendre avoir été victime en août d'une tentative d'empoisonnement. Ses partisans ont alors suggéré que cette tentative avait été ourdie par l’épouse du président, qui l'a très vigoureusement démenti.

Emmerson Mnangagwa avait déjà perdu, début octobre, son portefeuille de ministre de la Justice. Mais il avait alors été maintenu à la vice-présidence, dont il occupait un des deux postes depuis 2014. Son départ forcé intervient au moment où la guerre pour la succession du président, âgé de 93 ans, fait rage au sein du parti au pouvoir, la Zanu-PF, même si Robert Mugabe a déjà annoncé qu'il briguerait un nouveau mandat en 2018.

Grace Mugabe est considérée comme l'un des dauphins potentiels de son mari, au pouvoir depuis l'indépendance du Zimbabwe en 1980. Dimanche, elle avait annoncé qu'elle était prête à lui succéder.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.