Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INFO ÉCO

Affaire Carlos Ghosn : quel avenir pour l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Ivanka Trump doit-elle aller en prison ?"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Carlos Ghosn, zéro de conduite"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Sur un navire en Lybie, 79 migrants refusent de débarquer à Misrata

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "gilets jaunes", des réseaux sociaux à la rue

En savoir plus

LE DÉBAT

Mouvement des "gilets jaunes" : le carburant des extrêmes ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Jean-Claude Juncker : "Nous entretenons des relations difficiles avec l’administration Trump"

En savoir plus

FOCUS

23 millions de candidats, 127 000 postes : Indian Railways recrute !

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Enrico Letta : "Aucun accord de Brexit ne peut réunir une majorité au Parlement britannique"

En savoir plus

Découvertes

Les États-Unis et le Royaume-Uni ont eu droit à une explosion d'aurores boréales qui nous fait saliver

© VW Pics | Bon, OK, cette photo-là vient du Lac Moraine, au Canada.

Texte par Benjamin BRUEL

Dernière modification : 09/11/2017

On a envie de plonger dans les lumières du Grand Nord.

Je suis très, très jaloux de mes camarades américains et anglais. Non pas que je veuille avoir Trump comme président ou que je préfère le pudding et le porridge à la sublime triptyque saucisson-pâté-fromage, mais parce que, contrairement à eux, les Français n'ont pas pu profiter des aurores boréales exceptionnelles qui ont envahi les cieux, mercredi 8 novembre.

VOIR AUSSI : Une aurore australe a inondé le ciel de Nouvelle-Zélande et c'était à couper le souffle

Chez Mashable FR, on aime l'espace et les aurores boréales. Dans ma liste des trucs à voir en vrai avant de mourir, les northern lights, comme disent les Britanniques, sont clairement dans le top 3, avec un véritable fantôme (oui, oui) et les pyramides d'Égypte. Si j'étais né en Angleterre ou aux États-Unis, j'aurais pu en observer dans la nuit de mercredi et sans doute durant cette soirée du jeudi 9 novembre.

Le phénomène est parfois imprévisible et, selon le National Oceanic and Atmospheric Administration's Space Weather Prediction Center (essayez de dire ça en une fois, qu'on se marre), ces aurores boréales ont été causées par des très importantes perturbations de particules chaudes éjectées par le Soleil. Normalement, la magnificence des aurores boréales est réservée à nos amis vivant près du pôle Nord (au Canada, Alaska, Islande, Scandinavie), mais plus le Soleil rejette de particules chaudes, du plasma, plus le phénomène se déplace vers le Sud. Conclusion : les Américains et les Anglais se sont fait plaisir, et nous on regarde les miettes. Mais nous nous vengerons.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 09/11/2017