Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Cameroun, la demande de M. Kamto d'annulation du scrutin rejetée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'affaire Khashoggi écorne un peu plus l'image de l'Arabie Saoudite

En savoir plus

LE DÉBAT

Disparition de Jamal Khashoogi : menaces sur la presse

En savoir plus

POLITIQUE

Perquisitions visant J-L. Mélenchon : Le leader de la france Insoumise en fait-il trop?

En savoir plus

FOCUS

Les Bosniens s'organisent face à l'afflux de migrants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Galveston" : l’échappée américaine de Mélanie Laurent

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Arabie Saoudite : les conflits d'intérêt de Donald Trump

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Objectif "Faim zéro" : Lambert Wilson décrit son nouveau combat

En savoir plus

L’invité du jour

Parents grâce à la GPA : "Nous ne sommes pas des familles différentes"

En savoir plus

BILLET RETOUR

Retour dans les pays qui ont marqué l’actualité, les villes traumatisées par la guerre, une catastrophe naturelle ou un désastre industriel. Le dimanche à 22h10. Et dès le vendredi, en avant-première sur internet!

Dernière modification : 10/11/2017

Vidéo : à Rivesaltes, la mémoire du "camp de la honte" reste à vif

© Capture d'écran France 24

Notre reporter est retournée à Rivesaltes, au Sud de la France. Pendant trois décennies, ce village a abrité le plus vaste camp d’internement d’Europe occidentale. De la Seconde Guerre mondiale à la guerre d’Algérie, en passant par la guerre d’Espagne, des milliers de personnes - juifs, républicains espagnols, tziganes ou encore harkis -, y ont été internées. Quarante ans après sa fermeture, historiens et anciens internés se battent pour que ce "camp de la honte" ne tombe pas dans l'oubli.

David Korn se souvient de Rivesaltes comme si c’était hier. Il a pourtant été interné dans ce camp il y a 75 ans, en 1941 et 1942, en pleine Seconde Guerre mondiale. Le vieil homme avait quatre ans à l’époque, mais cette période est restée gravée à tout jamais dans son esprit. Arrêté avec sa mère alors qu’ils tentaient de fuir les persécutions nazies, David Korn a passé deux ans dans le camp, où il a connu la faim et des conditions de vie inhumaines, avant d’en être "libéré" le 24 avril 1942. Sa mère n’a pas eu cette chance : déportée de Rivesaltes vers Drancy, puis Auschwitz, elle n’en est jamais revenue.

>> Regardez notre webdocumentaire "Si je reviens un jour", retraçant l'histoire de la jeune Louise Pikovsky"

Abdelkader Goutta, lui, est un fils de harkis. Il était encore bébé quand il est arrivé avec ses parents dans les Pyrénées-Orientales. En novembre 1962, les familles étaient hébergées dans des tentes, les baraques en dur n’ayant été construites qu’au printemps suivant. Entre le camp et le hameau de forestage voisin, où une partie des harkis ont ensuite été déplacés, Abdelkader a vécu quinze ans coupé de la société française... Aujourd’hui employé municipal à la mairie de Rivesaltes, il ne comprend toujours pas pourquoi les harkis et leurs familles ont été "parqués comme des animaux" par les autorités françaises...

>> Regardez notre reportage : "La difficile reconnaissance des harkis et de leurs familles"

Enfin, Farid Sid est trop jeune pour avoir connu le camp, mais il a grandi à Rivesaltes, dans la cité du Réart, spécialement construite en 1976 pour loger une vingtaine de familles de harkis, transférées ici depuis des camps ou des hameaux de forestage. Petit-fils de harkis, le jeune homme n’a longtemps rien su de l’histoire familiale. Il regrette ce silence sur ce douloureux passé et ressent une "transmission de la souffrance", à laquelle seules la parole et la mémoire pourraient mettre un terme.

Ce passé qui ne passe pas a longtemps dérangé, car il révèle des pages peu glorieuses de la politique migratoire française. Ce n’est qu’en 2015 qu’un mémorial a été inauguré dans le "camp de transit et reclassement" de Rivesaltes. Son musée est dédié à toutes les populations jugées "indésirables" qui ont un jour été internées sur le site. Y compris aux migrants passés entre 1986 et 2007 par le centre de rétention administrative, établi dans l’enceinte de l’ancien camp d’internement. Quarante ans après sa fermeture, la mémoire de Rivesaltes, associée aux périodes les plus sombres de l’Histoire de France, résonne en écho avec les migrants d’aujourd’hui.
 

Un reportage de Séverine Bardon. Image : Alexandre Minguez et Charles Villanove. Montage : Olivier Marzin. ©Baozi Prod 2017.

Par Séverine BARDON , Vincent ROUX

Les archives

05/10/2018 BILLET RETOUR

Billet Retour à Bagdad : un léger vent d'espoir après 15 ans de violences

"Demeure de la paix et capitale de l'islam". Voici comment l'explorateur Ibn Battuta décrit Bagdad au XIVe siècle. Mais l'histoire récente de la capitale irakienne, marquée par...

En savoir plus

21/09/2018 BILLET RETOUR

Billet retour en Ouganda : que reste-t-il d'Idi Amin Dada ?

Près de 40 ans se sont écoulés en Ouganda depuis la fin du règne du dictateur sanguinaire Idi Amin Dada. Pour certains, le chef d'État a laissé un souvenir amer de ses huit...

En savoir plus

07/09/2018 BILLET RETOUR

Vidéo : un an après l’ouragan Irma, Saint-Martin peine à se relever

C'était un monstre. Un ouragan de 500 kilomètres de diamètre, des rafales à plus de 300 km/h. Dans la nuit du 5 au 6 septembre 2017, l'ouragan Irma sème la désolation sur les...

En savoir plus

24/08/2018 BILLET RETOUR

L’Islande, miracle économique... et modèle pour les Européens ?

Nos reporters sont retournés en Islande, dix ans après la crise qui a ébranlé le pays lors de l’effondrement de son système bancaire. En quelques années, les Islandais ont tout...

En savoir plus

22/06/2018 BILLET RETOUR

Shenzhen, ancien port de pêche symbole du miracle économique chinois

Alors que le Premier ministre français Édouard Philippe se rend vendredi 22 juin à Shenzhen pour la première étape de sa visite de quatre jours en Chine, nos reporters se sont...

En savoir plus