Accéder au contenu principal

Michel Aoun, le président libanais, estime que Saad Hariri vit dans une "liberté restreinte" à Riyad

Le président libanais Michel Aoun, en visite à Paris fin septembre 2017.
Le président libanais Michel Aoun, en visite à Paris fin septembre 2017. Denis Allard / Pool, AFP

Le président libanais Michel Aoun a dénoncé la "liberté restreinte" imposée à son Premier ministre Saad Hariri, actuellement en Arabie saoudite. Les "circonstances obscures" de son séjour à Riyad interrogent la classe politique libanaise.

Publicité

Le président libanais Michel Aoun a estimé dimanche 12 novembre que "la liberté" du Premier ministre démissionnaire Saad Hariri avait été "restreinte" en Arabie saoudite.

Michel Aoun a dénoncé "les circonstances obscures dans lesquelles le Premier ministre Saad Hariri vi[vai]t à Riyad", selon un communiqué de la présidence.

>> À lire sur France 24 : "Saad Hariri 'retenu' en Arabie saoudite : le président libanais veut des éclaircissements"

"Ces circonstances ont atteint le point où la liberté de M. Hariri a été restreinte, des conditions ont été imposées en ce qui concerne sa résidence et les contacts qu'il peut avoir, même avec les membres de sa famille", poursuit le président dans ce communiqué.

Une démission "refusée"

"Ces circonstances font que toute position qu'il a pu prendre, qu'il va prendre, ou qui pourront lui être imputées (...) sont douteuses et ne peuvent pas être considérées comme des positions prises de son propre chef", précise le communiqué.

La démission surprise de Saad Hariri avait pris de court la classe politique au Liban. Le Premier ministre libanais avait dénoncé la "mainmise" de l'Iran et du Hezbollah sur les affaires intérieures du Liban.

À lire sur France 24 : "Le Hezbollah, milice libanaise devenue acteur incontournable au Moyen-Orient"

Une semaine après l'annonce de Saad Hariri, son retour au Liban se fait toujours attendre, et le président n'a toujours pas accepté sa démission, assurant qu'il attendait de le rencontrer pour en discuter avec lui.

Les déclarations du chef de l'État interviennent alors que Saad Hariri devrait accorder dans la soirée un entretien depuis Riyad à la chaîne de télévision libanaise El Mostaqbal. Cette interview sera sa première prise de position publique depuis l'annonce de sa démission le 4 novembre depuis Riyad.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.