Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : les signataires de l'accord de Genève appellent à l'unité

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"W'ere in the Brexs*it"

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit : vers un vote de censure contre Theresa May ?

En savoir plus

POLITIQUE

Mouvement des gilets jaunes : L'exécutif en pleine tempête

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Michelle Obama : la première First Lady afro-américaine se raconte

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Dix ans après sa mort, hommage à Youssef Chahine

En savoir plus

L’invité du jour

Simon Baker : "Le Brexit peut menacer la circulation des œuvres d’art en Europe"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Rafael Correa : "Il y a un coup d'État en Équateur"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Le TGV marocain "Al-Boraq", vitrine du savoir-faire français

En savoir plus

Moyen-Orient

Syrie : l'EI reprend le bastion stratégique de Boukamal

© AFP | Des positions d'artillerie, près de la ville de Boukamal, le 10 novembre 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/11/2017

L'organisation État islamique est parvenue à reprendre la ville syrienne de Boukamal, frontalière de l'Irak et ultime bastion urbain des jihadistes, quelques jours après sa perte au profit des forces pro-gouvernementales.

Les combattants de l'organisation État islamique (EI) ont repris ce week-end le contrôle de la ville syrienne de Boukamal, leur dernière place forte dans le pays. Les forces pro-gouvernementales qui l'avaient conquise en milieu de semaine dernière ont été prises au piège et contraintes à battre en retraite.

Selon des habitants et des observateurs, des combattants du Hezbollah libanais alliés à des combattantes chiites irakiens, qui disaient avoir repris la ville mercredi, ont été surpris par des jihadistes qui étaient restés en embuscade dans des tunnels creusés au coeur de Boukamal.

"Les forces du régime et les milices alliées sont maintenant à un ou deux kilomètres de la périphérie de la ville", a indiqué le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane.

L'armée syrienne n'a pas fait état de la perte de Boukamal, mais le service de presse du Hezbollah a déclaré que des raids aériens intenses avaient visé des repaires de l'EI dans des zones rurales à l'ouest de la ville. Samedi, au moins 26 civils, dont neuf enfants, ont été tués dans des bombardements à l'artillerie du régime et des frappes russes sur deux camps de déplacés et des villages où se sont réfugiés de nombreux habitants de Boukamal, a indiqué l'OSDH.

"Pas de solution militaire"

Sur le plan diplomatique, le président américain Donald Trump et son homologue russe Vladimir Poutine se sont accordés samedi pour dire qu'il n'y avait pas de "solution militaire" possible à la guerre qui déchire la Syrie depuis plus de six ans, une fois les jihadistes vaincus.

La déclaration commune des présidents américain et russe intervient alors que l'EI a perdu ces dernières semaines toutes les villes, à l'exception de Boukamal, qu'elle occupait en Syrie face au régime de Damas, soutenu par la Russie. Ce régime a aujourd'hui pu reprendre le contrôle de 52% du pays.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 13/11/2017

  • SYRIE

    "À la Ghouta, le régime se sert de l'aide humanitaire comme d'une arme"

    En savoir plus

  • SYRIE - IRAK

    Deir Ezzor en Syrie et Al-Qaïm en Irak : les derniers bastions de l'EI continuent de tomber

    En savoir plus

  • SYRIE

    Un rapport de l'ONU accuse Damas d'être responsable d'une attaque au gaz sarin

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)