Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

Le vélo de retour à Cuba et les entrepreneurs burundais en province qui innovent

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mo'Kalamity, ambassadrice capverdienne d'un reggae conquérant

En savoir plus

FOCUS

En Californie, une croisade anti-avortement après une décision de la Cour suprème

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Adlène Méddi : "1994, une année de basculement en Algérie"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Égypte : nouveau procès pour Ahmed Douma, icône de la révolution

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'enjeu sécuritaire des législatives en Afghanistan

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Luis Aguiriano : "Je ne pense pas que Manuel Valls sera maire de Barcelone"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Malgré l'article 7, des sanctions impossibles contre la Pologne et la Hongrie ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'improbable rencontre entre Donald Trump et Kanye West

En savoir plus

Economie

La folle envolée du bitcoin dans un Zimbabwe en crise

© AFP | Le Zimbabwe n'a plus de monnaie officielle depuis 2009.

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 17/11/2017

Au pays de Robert Mugabe, un bitcoin vaut 13 499,99 dollars. Un cours qui n’a pas d’équivalent au monde et qui s’explique en partie par les crises politiques successives et une situation économique très détériorée au Zimbabwe.

Des bitcoins sinon rien. Au Zimbabwe, la célèbre monnaie dématérialisée a le vent en poupe. Un engouement qui s'est accentué depuis le 15 novembre, jour où l'armée a assigné le président Robert Mugabe à résidence.

Dans l'ex-Rhodésie du Sud, qui n’a plus de monnaie officielle depuis 2009, un bitcoin vaut actuellement 13 499,99 dollars sur Golix, l’unique plateforme d’échange dans le pays. Un montant astronomique, presque deux fois plus élevé qu'ailleurs dans le monde où le cours de référence est de 7 466 dollars.

Bitcoin, valeur refuge dans un pays au chômage endémique

Une inflation folle liée à la crise politique que traverse le pays. La mise sous tutelle de Robert Mugabe a créé de facto une vacance du pouvoir qui contribue à l'aggravation d'une situation économique déjà très détériorée. Le bitcoin apparaît plus que jamais comme une valeur refuge dans un pays qui a perdu près de la moitié de son PIB depuis les années 2000 et où plus de 80 % de la population est au chômage, rappelle Bloomberg.

La reine des monnaies dématérialisées était déjà considérée comme une assurance contre l’inflation galopante. En l’absence de devise officielle, les autorités autorisent depuis 2009 les échanges en dollars, mais comme les caisses de l’État manquent cruellement de billets, les habitants doivent souvent se tourner vers le marché noir où le prix du dollar ne cesse de s’envoler. Mieux vaut, alors, miser sur le bitcoin qui, malgré toute sa volatilité, apparaît comme un placement plus sûr.

Un journaliste sud-africain a, ainsi, raconté comment le bitcoin “l’avait sauvé” à Harare en lui permettant d’avoir accès à des fonds et de payer sa location Airbnb. Au Zimbabwe, les commerçants, comme les vendeurs de voitures, sont plus enclins qu’ailleurs à accepter d’être payé en bitcoins, raconte la chaîne CNN.

Des courtiers qui demandent beaucoup d’argent

La crise politique actuelle a aussi incité les Zimbabwéens a tenté de faire sortir leur argent du pays, ce qui leur est interdit . “Les gens se sont tournés vers d’autres alternatives et le bitcoin représente une bonne solution”, a expliqué au site économique Quartz Yeukai Kusangaya, l’une des responsables de Golix.

Autant de raisons qui expliqueraient l’envolée de la demande du bitcoin alors que l’offre ne suit pas. D’où des prix qui crèvent le plafond. Mais ce n’est pas tout. Il est toujours possible d’obtenir des bitcoins à des prix similaires à ceux du marché mondial, a constaté Quartz. Sur la page zimbabwéenne de LocalBitcoin, un service mondial d’échanges de bitcoins entre particuliers d’un même pays, le cours de cette monnaie dématérialisée avoisine les 7 000 dollars.

Pourquoi cette différence ? Elle serait due aux courtiers qui acceptent d’être payés en liquide plutôt que par virement. Une denrée rare dans un pays où un habitant sur trois seulement détient un compte en banque. C’est ce qui explique, d’après Quartz, que ces intermédiaires exigent une prime substantielle pour leur service. L’occasion fait les larrons… en dollars comme en bitcoin.

Première publication : 16/11/2017

  • ZIMBABWE

    La communauté internationale inquiète des suites du coup de force au Zimbabwe

    En savoir plus

  • ZIMBABWE

    Zimbabwe : les raisons d’une crise

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    Corée du Nord : des bitcoins contre les sanctions

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)