Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Comores : les risques d'une crise politique

En savoir plus

FOCUS

Irak : des personnalités féminines anticonformistes en danger

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Le "Davos du désert" compromis par l'affaire Khashoggi

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Maroš Šefčovič : "Nous avons besoin d'intensifier le dialogue entre pays de l'Est et de l'Ouest"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Musique, mode, peinture : Mounia, égérie volcanique de la création

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Brexit : la bataille de la pêche a commencé

En savoir plus

Pas 2 Quartier

"Noise": Raconter sa ville au fil du RER

En savoir plus

L’invité du jour

Farouk Mardam-Bey et Ziad Majed : "La dynastie Assad considère la Syrie comme une propriété privée"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Comment la Turquie instrumentalise l'affaire Khashoggi"

En savoir plus

Moyen-Orient

L’ambassadeur du Liban en France garantit la tenue des législatives en 2018

© Capture d'écran France 24 | La crise reste entière au Liban, deux semaines après la démission choc du Premier ministre, Saad Hariri.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/11/2017

Rami Adwan, l’ambassadeur du Liban en France, était vendredi l’invité de France 24. Il affirme que la crise que traverse le Liban, depuis la démission de Hariri, a démontré l’unité des Libanais et que les législatives auront lieu comme prévu.

Interrogé sur la crise en cours au Liban vendredi 17 novembre, l’ambassadeur libanais en France, Rami Adwan, a assuré que la leçon à en retenir était "l’unité nationale, la mobilisation de tous les Libanais pour réclamer d’une seule et même voix le retour de leur Premier ministre au pays".

Il s’est également dit assuré que les élections législatives de mai 2018 seront organisées. "Je suis ici pour mobiliser les Libanais résidant en France", a-t-il affirmé, soulignant le fait que, pour la première fois, les Libanais de la diaspora allaient pouvoir prendre part à ce scrutin. Une loi électorale votée en juin les y autorise.

Rami Adwan a souligné que Saad Hariri était toujours considéré comme Premier ministre, bien qu’il ait présenté sa démission depuis Riyad le 4 novembre. "Il est évident que pour que la discussion s’engage de façon libre et volontaire, nous attendons le retour de M. Hariri au Liban", a-t-il déclaré, ajoutant que les intérêts de la nation libanaise réclamaient "le retour du Premier ministre sur le territoire libanais".

Rami Adwan a salué le "leadership du président Macron" dans l’amorce de la résolution de la crise.

"Ensuite, [ce que je retiens] c’est le retour de la France sur la scène internationale. C’est le rôle de leadership joué par Macron lui-même et qui répond aussi à un appel des Libanais pour retrouver la France au centre des problématiques qui menacent la stabilité du Liban mais aussi de la région et plus largement de l’Europe tout entière", a-t-il ajouté.

Première publication : 17/11/2017

  • LIBAN

    La France souhaite que Saad Hariri puisse retourner au Liban, Jean-Yves Le Drian attendu à Riyad

    En savoir plus

  • LIBAN

    Le Premier ministre libanais Saad Hariri déclare qu'il retournera "très bientôt" au Liban

    En savoir plus

  • LIBAN

    Michel Aoun, le président libanais, estime que Saad Hariri vit dans une "liberté restreinte" à Riyad

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)