Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L’invité du jour

Feurat Alani : "L'Irak merveilleux que j'ai connu enfant n'existe plus"

En savoir plus

FOCUS

Sous le désert salé, le lithium, or blanc des Andes

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Affaire Carlos Ghosn : une tentative de putsch ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Un touriste américain tué par une tribu coupée du monde"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Un Britannique condamné à perpétuité à Abu Dhabi pour 'espionnage'"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en RD Congo : Martin Fayulu à Kinshasa pour battre campagne

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manus et Nauru, l'autre visage de l'Australie

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ghassan Salamé : "En Libye, on peut faire taire les canons, pas les confisquer"

En savoir plus

LE DÉBAT

Crise migratoire : l'Occident et la tentation du mur

En savoir plus

FRANCE

Un millier de manifestants à Paris pour dénoncer des cas d'esclavage en Libye

© Geoffroy Van der Hasselt, AFP | Un manifestant brandit une pancarte lors d'un rassemblement à Paris, samedi 18 novembre.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/11/2017

Un millier de personnes ont manifesté samedi à Paris contre des cas d'esclavage en Libye, dénoncés cette semaine dans un documentaire choc de la chaîne américaine CNN.

Un millier de personnes, selon les chiffres de la préfecture de police de Paris, se sont rassemblées samedi 18 novembre, à Paris, pour dénoncer des cas d'esclavage en Libye mis en lumière cette semaine par la chaîne américaine CNN.

Les manifestants, qui brandissaient des pancartes "Non à l'esclavage en Libye", ont répondu à l'appel de plusieurs associations, notamment d'un Collectif contre l'esclavage et les camps de concentration en Libye (CECCL), créé en réaction à la diffusion du reportage de CNN montrant des migrants vendus aux enchères dans le pays.

Regroupés dans l'après-midi près de l'Arc de Triomphe, les manifestants ont commencé à se disperser en fin de journée. Selon un témoin joint par l'AFP, quelques jeunes ont alors lancé des projectiles en direction des forces de l'ordre, qui ont riposté en tirant des grenades lacrymogènes. Deux personnes ont été interpellées dans la soirée, selon une source policière.

La préfecture de police a dénoncé dans un communiqué le caractère illégal du rassemblement, dont les organisateurs devront, selon elle, être identifiés afin "que des procédures soient engagées aux fins de poursuites adaptées", tout en précisant qu'"aucune dégradation n'a été commise".

"Ces hommes sont vendus pour 1 200 dinars libyens"

Le reportage de CNN, partagé sur les réseaux sociaux, a provoqué une forte émotion. On y voit notamment, sur une image de mauvaise qualité prise par un téléphone portable, deux jeunes hommes. Le son est celui d'une voix mettant aux enchères "des garçons grands et forts pour le travail de ferme. 400... 700..." avant que la journaliste n'explique : "Ces hommes sont vendus pour 1 200 dinars libyens – 400 dollars – chacun".

Plusieurs personnalités, comme le comédien Omar Sy, le footballeur Didier Drogba ou l'ancienne Miss France Sonia Rolland, avaient relayé les appels à manifester: "Soyons solidaires et au rendez-vous pour protester contre cette torture et cette violence", avait tweeté Omar Sy.

Le président en exercice de l'Union africaine (UA), le Guinéen Alpha Condé, et le gouvernement sénégalais notamment ont fait part cette semaine de leur indignation face à la vente des migrants-esclaves, tout comme le président nigérien Mahamadou Issoufou, qui a demandé à ce que le sujet soit mis à l'ordre du jour du sommet Union africaine-Union européenne des 29 et 30 novembre à Abidjan.

Avec AFP

Première publication : 18/11/2017

  • LIBYE

    L’Union africaine dénonce la "cacophonie" des interventions extérieures en Libye

    En savoir plus

  • IMMIGRATION

    Crise migratoire : l'Europe veut se reposer sur le Niger et le Tchad

    En savoir plus

  • IMMIGRATION

    Crise migratoire : Paris acccueille un mini-sommet de dirigeants africains et européens

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)