Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Miss Terre : la Libanaise disqualifiée à cause d'un cliché

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Disparition de Jamal Khashoggi : menaces sur la presse

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts d'Arthur Jugnot

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Art contemporain en banlieue : "Ce qui nous intéresse, c'est la mixité du public"

En savoir plus

#ActuElles

Élections de mi-mandat aux Etats-Unis : un nombre record de femmes candidates

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le casse-tête de la frontière irlandaise

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Burn-out : les absurdités du management moderne

En savoir plus

TECH 24

Femmes dans la tech : comment briser le "clic" de verre

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La pêche, une tradition familiale au Grau-du-Roi

En savoir plus

Découvertes

Pourquoi vous devriez arrêter de dire "je suis trop perfectionniste" en entretien d'embauche

© Richard Levine / Getty Images

Texte par Émilie LAYSTARY

Dernière modification : 17/11/2017

Interrogée par Quartz, une responsable recrutement chez Facebook indique que les employeurs ne sont plus dupes de cette réponse.

Ah, on la connaît bien cette question crispante en entretien, celle qui suppose un petit examen de conscience, celle à laquelle on veut bien être sincère tout en ayant un peu peur des conséquences... "Votre défaut principal ?"

VOIR AUSSI : Mails, navigation Internet, stockage des données : comment réduire son impact énergétique au bureau

Alors oui, on s'est tous accordés à dire que répondre "je suis trop perfectionniste" était une bonne façon de se sortir de situation. Un bon moyen de laisser entendre qu'on ne rechigne pas à travailler, bien au contraire, puisqu'on veut souvent trop bien faire. 

"Il faut s'attendre à devoir répondre à cette terrible question au moins une fois dans sa vie professionnelle", concède Ambra Benjamin, responsable recrutement chez Facebook interrogée par Quartz. "Mais ne sous-estimez pas le nombre de fois où votre recruteur a déjà pu entendre la réponse 'je suis trop perfectionniste'", fait-elle remarquer. Pour Ambra Benjamin, être trop perfectionniste est un réel défaut : "Ne pas savoir déléguer rime souvent avec une incapacité à prioriser les tâches à accomplir et une inhabilité à travailler en équipe. Le perfectionnisme est souvent source de procrastination", rappelle celle qui est habituée à recevoir des candidats en entretien. 

Alors, que faut-il répondre à la fameuse question piège ? Selon Ambra Benjamin, il ne faut pas jouer la carte de la fausse modestie et oser parler de ses véritables défauts, tout en expliquant en quoi l'on parvient à travailler sur eux. La responsable recrutement rappelle que cette question est surtout un moyen pour l'employeur de voir si le candidat est capable de prendre du recul sur son profil. 

"Quand je reçois des gens qui me servent le coup du 'je suis trop perfectionniste', je ne peux pas m'empêcher de trouver ça cruellement hypocrite", affirme Ambra Benjamin, pour qui à l'inverse, l'honnêteté d'une discussion saine sera bien plus valorisée qu'une phrase vue et revue.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 17/11/2017