Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Miss Terre : la Libanaise disqualifiée à cause d'un cliché

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Disparition de Jamal Khashoggi : menaces sur la presse

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts d'Arthur Jugnot

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Art contemporain en banlieue : "Ce qui nous intéresse, c'est la mixité du public"

En savoir plus

#ActuElles

Élections de mi-mandat aux Etats-Unis : un nombre record de femmes candidates

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le casse-tête de la frontière irlandaise

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Burn-out : les absurdités du management moderne

En savoir plus

TECH 24

Femmes dans la tech : comment briser le "clic" de verre

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La pêche, une tradition familiale au Grau-du-Roi

En savoir plus

Afrique

Regain de tension au Kenya à la veille d'une décision de la Cour suprême

© Yasuyoshi Chiba, AFP | Nairobi, dimanche 19 novembre 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/11/2017

À la veille d'une décision très attendue de la Cour suprême sur des recours demandant l'invalidation de l'élection présidentielle du 26 octobre , des échauffourées ont éclaté à Nairobi dimanche après la découverte de quatre corps.

Au moins quatre personnes ont été retrouvées mortes, dimanche 19 novembre, dans la matinée, dans un bidonville de Nairobi. La découverte de ces corps qui gisaient dans la rue a provoqué des échauffourées, à la veille d'une décision très attendue de la Cour suprêmesaisie de deux recours lui demandant d'annuler l'élection présidentielle du 26 octobre et la victoire de Uhuru Kenyatta.

Les quatre victimes – trois hommes et une femme – ont été découvertes dans le bidonville de Mathare, un des points chauds des violences électorales dans le pays depuis la présidentielle du 8 août, annulée en justice, et le nouveau scrutin d'octobre.

Le chef de la police de Nairobi, Japheth Koome, a précisé lors d'une conférence de presse que les quatre victimes présentaient des blessures infligées par des objets contondants et pour l'une d'elle à l'arme blanche. L'opposition affirme de son côté que les victimes ont été tuées par balles.

Heurts entre policiers et manifestants

En milieu d'après-midi, la situation demeurait tendue tandis que dans le bidonville de Kibera des heurts ont éclaté entre policiers et manifestants  descendus dans la rue pour crier leur colère face aux événements de Mathare.

La tension au Kenya a grimpé en flèche depuis vendredi. Des violences ont fait trois morts par balles parmi des manifestants de l'opposition venus accueillir l'opposant Raila Odinga, 72 ans, de retour d'une visite de dix jours aux États-Unis.

Les autorités avaient interdit tout rassemblement et la police a violemment dispersé les manifestants, faisant usage de gaz lacrymogènes, de canons à eau et de tirs à balles réelles, selon les images diffusées par les télévisions kényanes. La police a catégoriquement démenti ce dernier point.

Au moins 52 personnes, selon un décompte de l'AFP, ont été tuées depuis l'élection présidentielle du 8 août, sans compter les quatre cadavres retrouvés dimanche à Mathare. La plupart des victimes ont été tuées par balles dans la répression des manifestations de l'opposition dans ses bastions de l'ouest du pays et des bidonvilles de Nairobi.

Avec AFP

Première publication : 19/11/2017

  • KENYA

    Plusieurs morts au Kenya lors d'une manifestation de l'opposition à Nairobi

    En savoir plus

  • KENYA

    Kenya : Odinga dénonce une "parodie d'élection" et promet de ne pas en rester là

    En savoir plus

  • KENYA

    Kenya : le président sortant Uhuru Kenyatta réélu avec plus de 98 % des voix

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)