Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Miss Terre : la Libanaise disqualifiée à cause d'un cliché

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Disparition de Jamal Khashoggi : menaces sur la presse

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts d'Arthur Jugnot

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Art contemporain en banlieue : "Ce qui nous intéresse, c'est la mixité du public"

En savoir plus

#ActuElles

Élections de mi-mandat aux Etats-Unis : un nombre record de femmes candidates

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le casse-tête de la frontière irlandaise

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Burn-out : les absurdités du management moderne

En savoir plus

TECH 24

Femmes dans la tech : comment briser le "clic" de verre

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La pêche, une tradition familiale au Grau-du-Roi

En savoir plus

Découvertes

À Londres, des bus carburent maintenant au café

© Waring Abbott / Getty Images

Texte par Émilie LAYSTARY

Dernière modification : 20/11/2017

Une part du carburant utilisé par les bus rouges de Londres sera assurée par une huile extraite de marc de café. Une avancée qui rappelle que les déchets sont des ressources intéressantes à exploiter.

Vous n'êtes pas les seuls à avoir besoin de votre dose de caféine pour démarrer la journée. Désormais les bus aussi. 

VOIR AUSSI : À cause du réchauffement climatique, le café pourrait disparaître dès 2080

À Londres, depuis ce lundi 20 novembre, certains véhicules de transport fonctionnent grâce à 80 % de diesel et 20 % de biocarburant partiellement composé d'huile extraite de marc de café recyclé. Aucune modification technique n'est nécessaire sur les moteurs pour utiliser ce carburant d'un nouveau genre.

Moins de CO2, plus de biocarburant

On doit cette invention à Bio-Bean, une start-up britannique soutenue par Shell. La jeune entreprise a fait le calcul : un Londonien consomme en moyenne 2,3 tasses de café par jour, ce qui revient à 200 000 tonnes de déchets par an. Transformer ces déchets inexploités en énergie est bien plus intéressant que de les envoyer à la décharge où ils relâcheront du dioxyde de carbone dans l'air.

En collectant le marc de café directement auprès des bars et restaurants, Bio-Bean leur fait également économiser des frais de transport. Ensuite, tout est transformé en huile à Alconbury, près de Cambridge.

Prochain marché à conquérir pour Bio-Bean ? La France, où 38 milliards de tasses de café sont bues chaque année, indique le quotidien Les Échos.

– Retrouvez la version de Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 20/11/2017