Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Espionnage en Afrique : une concurrence féroce

En savoir plus

FACE À FACE

Affaire Benalla : 5 mois de feuilleton politique

En savoir plus

L’invité du jour

Sebastian Copeland : "Les régions polaires nous lancent le cri d’alarme"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

L’économie chinoise peut-elle résister à la guerre commerciale ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Avion russe abattu en Syrie : "un tragique concours de circonstances"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le repas luxueux de Maduro chez "Salt Bae" a un goût amer pour les Vénézuéliens

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La star marocaine Saad Lemjarred placée en détention

En savoir plus

LE DÉBAT

Plan "ma santé 2022" en France : urgence à l'hôpital ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Benoît Hamon : "Celui qui est en cause dans l'affaire Benalla, c'est Macron"

En savoir plus

Découvertes

Prédateurs sexuels : YouTube désactive les commentaires sous certaines vidéos d’enfants

© FLICKR

Texte par Émilie LAYSTARY

Dernière modification : 12/09/2018

On lui reprochait de ne pas supprimer les commentaires inappropriés sous des vidéos dans lesquelles figuraient des mineurs. YouTube a enfin pris la décision de renforcer sa politique de protection des enfants.

Des commentaires à caractère sexuel sous des vidéos de petites filles faisant de la gymnastique : le média américain The Verge avait pointé du doigt ces comportements inappropriés, observables sur YouTube.

VOIR AUSSI : YouTube ne veut finalement plus des vidéos du prédicateur islamiste Anwar al-Awlaki

Pour lutter contre les prédateurs sexuels, la plateforme vient d'annoncer des mesures plus drastiques. À partir de cette semaine, dès qu'un commentaire de cet acabit sera signalé sous une vidéo, c'est toute la section des commentaires qui sera désactivée.

Par ailleurs, le site web d’hébergement de vidéos s'engage également à travailler sur une nouvelle technologie de machine learning permettant de signaler et supprimer plus promptement toute vidéo ou publicité jugée inadaptée à un public sensible. L'idée est de préserver les enfants et de mieux protéger leur navigation sur la plateforme.

Protéger les enfants, le défi sans fin

Ce n'est pas la première fois que YouTube se trouve confronté à ce type de missions : l'année dernière, un média néo-zélandais, The Spin Off, rapportait que certains internautes essayaient de "prendre contact avec des enfants" présents dans des vidéos.

Plus récemment, en novembre 2017, la chaîne "Toy Freaks", dans laquelle un père mettait en scène ses enfants dans des situations malsaines à des fins humoristiques, a été fermée. Le compte avait 8 millions d’abonnés, mais ses contenus étaient régulièrement dénoncés pour maltraitance. Le mode opérateur du père était très discutable : il piégait ses filles de 7 et 9 ans en leur faisant croire toutes sortes de choses. Les enfants finissaient toujours par pleurer et crier à la fin des vidéos.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 12/09/2018