YÉMEN

Yémen : l'aéroport de Sanaa et le port de Hodeida rouvrent aux livraisons d'aide humanitaire

Save the Children estime que l'ouverture des ports à la seule aide humanitaire ne sera pas suffisante pour éviter une famine et des épidémies au Yémen.
Save the Children estime que l'ouverture des ports à la seule aide humanitaire ne sera pas suffisante pour éviter une famine et des épidémies au Yémen. Mohammed Huwais, AFP

La coalition dirigée par l'Arabie saoudite au Yémen a annoncé mercredi la réouverture du port de Hodeida et de l'aéroport de Sanaa pour permettre l'accès de l'aide humanitaire.

Publicité

C’est un début de réponse à la crise humanitaire en cours au Yémen, "la pire de la planète", selon l’ONU. Le port de Hodeida et l'aéroport de Sanaa vont rouvrir pour permettre à l’aide humanitaire de venir en aide à la population, a annoncé mercredi 22 novembre la coalition dirigée par l'Arabie saoudite. Cette réouverture devrait être effective jeudi à 12 heures locales (9 h GMT).

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que le conflit au Yémen a fait, depuis l'intervention de la coalition militaire arabe en mars 2015, plus de 8 750 morts et 50 600 blessés, dont de nombreux civils.

Notifiée mercredi par les autorités saoudiennes de la réouverture décidée pour jeudi des portsde Hodeida et Saleef ainsi que de l'aéroport de Sanaa, l’ONU a assuré qu’elle suivrait ces développement sur le terrain, "pour voir si cela se fera".

La coalition a souligné, dans son communiqué mercredi, sa volonté d'"alléger les souffrances du peuple yéménite".

Famine potentielle

Malgré l’annonce de la réouverture du port de Hodeida et de l'aéroport de Sanaa à l'accès humanitaire et de la fin du blocus imposé au Yémen, l’ONG Save the Children a jugé que cette mesure "n'était désormais plus suffisante pour empêcher une famine potentielle au Yémen".

"Des aides cruciales en nourriture, carburant et médicaments ont été refoulées depuis plus de deux semaines, enfonçant encore plus le pays dans la crise", souligne l’organisation.

L’ONG réclame l’ouverture du port d’Hodeida aux importations commerciales "cruciales pour nourrir la population et pour le maintien des services de base", tels que l’assainissement de l’eau.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine