Accéder au contenu principal

Une explosion à l'origine de la disparition du sous-marin argentin

L'annonce de la confirmation de l'explosion a plongé les familles des sous-mariniers dans le désespoir. Les chances de retrouver des survivants sont infimes.
L'annonce de la confirmation de l'explosion a plongé les familles des sous-mariniers dans le désespoir. Les chances de retrouver des survivants sont infimes. Eitan Abramovich, AFP

Un rapport officiel de la Marine argentine reprend la thèse d'une explosion qui serait à l'origine de la disparition du San Juan, le sous-marin argentin disparu depuis le 15 novembre avec 44 personnes à son bord.

Publicité

Selon un rapport officiel communiqué jeudi 23 novembre, c'est sans doute une explosion qui a causé la perte du sous-marin militaire argentin San Juan avec 44 sous-mariniers à bord, le 15 novembre.

Le porte-parole de la Marine, Enrique Balbi, a déclaré lors d’une conférence de presse à Bueno Aires que les analyses réalisées en Autriche de "l'anomalie hydro-acoustique" enregistrée ont conclu à "un évènement anormal, court, violent, pas d'origine nucléaire, correspondant à une explosion".

Cette nouvelle a semé le désespoir parmi les familles des sous-mariniers du San Juan. "Ils ne nous disent pas qu'ils sont morts mais qu'ils sont à 3.000 mètres de fond", a témoigné, en colère, Itati Leguizamon, l'épouse d'un marin, devant la base navale.

Le journal argentin La Nacion a avancé la thèse d'une explosion, "conséquence d'un court-circuit dans le bloc de 960 batteries qui alimente en énergie" le submersible, un TR-1700 à propulsion diesel et électrique de fabrication allemande. Cela expliquerait l'absence de communications et le fait que le submersible n'a pas eu le temps d'activer sa balise de détresse.

>> À lire : Argentine : le sous-marin disparu avait signalé une avarie lors de sa dernière communication

"Un grave problème avec une batterie peut générer de l'hydrogène, qui au-delà d'un certain pourcentage, est explosif. Si une explosion s'est produite, eh bien, tout est perdu", a expliqué à l’AFP un ancien commandant de sous-marin.

Jeudi, les autorités argentines, les navires et les avions étrangers mobilisés tentaient toujours de localiser le sous-marin dans l'Atlantique sud. La zone de recherche a été considérablement réduite dans une zone où la profondeur va de 200 à 350 mètres, sur la plate-forme continentale, à la limite d'une faille qui dévale vers les profondeurs de l'océan.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.