Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

En politique, faut-il tourner son pouce 7 fois avant de tweeter ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Olivia Grégoire : "C'est un gouvernement qui consolide la majorité"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Bastien Lachaud : "Il n'y a pas de second souffle" avec le remaniement

En savoir plus

LE DÉBAT

France : remaniement et maintenant ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"First Man", Ryan Gosling dans les pas de Neil Armstrong

En savoir plus

L’invité du jour

Reed Brody : "C’est la jurisprudence Pinochet qui a permis le procès d'Hissène Habré"

En savoir plus

FOCUS

Quelles alternatives à la prison pour les condamnés ?

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Le marché florissant du cannabis

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Le Premier ministre australien et Jérusalem"

En savoir plus

Découvertes

Mauvaises pour la santé, les fritures semblent avoir un effet positif sur l'environnement

© India Picture/UIG via Getty Images

Texte par Émilie LAYSTARY

Dernière modification : 24/11/2017

Si vous faites des frites ou des accras de morue ce soir et qu'il pleut demain (ou presque), ne vous étonnez pas.

Elles ne sont pas franchement diététiques, ça on le savait déjà. Ce qu'on ignorait jusqu'à présent en revanche, c'est que les fritures ont aussi un effet sur l'environnement.

VOIR AUSSI : Ces créatures marines aggravent la pollution des océans en ingérant le plastique

En effet, selon des chercheurs des universités de Reading, Bristol et Bath, les petites gouttes qui se dégagent lorsque l'on cuisine avec une huile brûlante se transforment dans l'air en de complexes structures qui attrapent l'humidité et se condensent en nuages.

Dans une grande ville comme Londres, la préparation de fritures est responsable de 10 % des microparticules que l'on retrouve dans l'air. Pour les scientifiques, ces aliments gras ne se contentent donc pas d'être mauvais pour la santé, ils ont également un impact sur la formation des nuages et la pluie. Ce qui revient à dire qu'ils ont potentiellement le pouvoir de ralentir le réchauffement de la planète, estime Dr Christian Pfrang, professeur associé à l'université de Reading.

Dans leur laboratoire, les chercheurs ont fait léviter des gouttelettes d'eau salée et d'acide oléique, un acide gras associé à la cuisson. Ils ont découvert que les molécules présentes dans les gouttelettes se sont agrégées en structures agissant comme une éponge pour piéger l'eau. Cette structure complexe permet aux gouttelettes de survivre plus longtemps dans l'atmosphère, améliorant notamment leur capacité à nourrir les nuages.

Pour l'heure, l'expérimentation n'a été menée qu'en intérieur. Les chercheurs veulent désormais observer la réaction des gouttelettes dans un environnement extérieur.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 24/11/2017