Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"Bioéthique, le tournant ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La marine marocaine tire sur une embarcation de migrants, faisant un mort

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls traverse la frontière pour devenir maire

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Ugo Bernalicis : "La France de Macron rejoint Salvini"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Amélie de Montchalin : "Ce budget affirme que le travail paie"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La France de l'Occupation racontée par Pierre Assouline

En savoir plus

FOCUS

Une présence jihadiste, mais pas d'attentat : le cas singulier de l'Italie

En savoir plus

L’invité du jour

Reza : "Je ne suis pas photographe de guerre, je suis correspondant de paix "

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Vers un baril de pétrole à 100 dollars d'ici fin 2018 ?

En savoir plus

Découvertes

On connaît le contenu du dernier repas d'Hitler grâce aux lettres de sa cuisinière personnelle

© Heinrich Hoffmann/Getty Images | Adolf Hitler, lors d'un dîner à Munich en 1938.

Texte par Émilie LAYSTARY

Dernière modification : 24/11/2017

Un historien autrichien a étudié les lettres de la diététicienne d'Hitler qui révèlent notamment le contenu de son dernier souper pris au Führerbunker.

On savait que le Führer du Reich allemand ne mangeait pas de viande. On connaît maintenant plus précisément le contenu de son dernier repas, grâce au travail de Stefan Dietrich, un historien autrichien qui a déchiffré 13 lettres de la cuisinière en charge de l'alimentation d'Adolf Hitler. 

VOIR AUSSI : La maison où Adolf Hitler est né devient propriété de l'Autriche

Le magazine allemand Focus explique que Constanze Manziarly, nommée diététicienne du dictateur après que celui-ci a découvert que l'ancien cuistot n'avait pas de "pures origines aryennes", préparait souvent des tartes. Pour remplacer la viande, Hitler appréciait particulièrement les champignons hachés.

[scald=62374:article_details {"additionalClasses":""}]

Des œufs au plat et une purée de pommes de terre

Le 30 avril 1945, la jeune femme de 25 ans est arrivée au bunker d'Hitler, où il lui a été demandé de préparer son dernier dîner : des œufs au plat accompagnés d'une purée de pommes de terre. Constanze Manziarly fait donc partie des dernières personnes à avoir vu le Führer en vie, et une des premières à apprendre son suicide. 

Fille d'un père grec et d'une mère tyrolienne, elle effectuait un stage dans les cuisines d'une clinique, qui approvisionnait aussi Hitler. C'est comme ça qu'elle avait été sommée de se mettre personnellement à son service. Les courriers qu'elle adressait à sa famille nous apprennent également tout le désarroi qu'elle ressentait à travailler pour Hitler, et la peur des conséquences si elle avait dû le quitter.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 24/11/2017