Accéder au contenu principal

Yémen : l'aide humanitaire arrive à Sanaa après un blocus de trois semaines

Malgré l'apparente stabilité de la capitale yéménite Sanaa, une catastrophe humanitaire se prépare dans le pays.
Malgré l'apparente stabilité de la capitale yéménite Sanaa, une catastrophe humanitaire se prépare dans le pays. Mohammed Huwais, AFP

Des avions transportant de l'aide et des travailleurs humanitaires ont atterri samedi à Sanaa, une première depuis la mise en place d'un blocus total, le 4 novembre, par la coalition sous commandement saoudien.

PUBLICITÉ

Un avion chargé d'aide humanitaire de l'Unicef a atterri, samedi 25 novembre, à Sanaa, capitale du Yémen, une première depuis le début du blocus total imposé début novembre par la coalition intervenant dans ce pays.

La coalition sous commandement saoudien avait imposé le blocus au Yémen après le tir, le 4 novembre 2017, d'un missile balistique par les rebelles, qui contrôlent Hodeida et Sanaa, en direction de l'Arabie saoudite. L'engin avait été intercepté au-dessus de l'aéroport international de Riyad.

Mercredi, elle avait annoncé la réouverture du port de Hodeida et de l'aéroport de Sanaa pour l'aide humanitaire, après des appels pressants de l'ONU à faciliter la reprise des opérations de secours dans le pays en guerre.

Aide en attente dans le port d'Hodeida

L'Unicef a indiqué que 1,9 million de vaccins contre la polio avaient pu être livrés samedi dans la capitale yéménite, contrôlée par les rebelles houthis.

Trois autres avions affrétés par le Programme alimentaire mondial (PAM) et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) ont également atterri samedi à Sanaa, transportant des travailleurs humanitaires, selon l'AFP.

Un porte-parole du PAM a indiqué qu'un bateau transportant de l'aide attendait encore l'autorisation d'entrer dans le port de Hodeida, également contrôlé par la rébellion.

Selon l'Organisation mondiale de la santé, le conflit au Yémen a fait, depuis l'intervention de la coalition militaire arabe en mars 2015, plus de 8 750 morts et 50 600 blessés, dont de nombreux civils.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.