Accéder au contenu principal

Le Pakistan a bloqué l’accès à Twitter, Facebook et YouTube pendant plus de 24 heures

Un manifestant religieux après l'opération de la police à Islamabad, le 25 novembre 2017.
Un manifestant religieux après l'opération de la police à Islamabad, le 25 novembre 2017. REUTERS/Stringer

Alors que la contestation des manifestants islamistes dure depuis trois semaines dans les rues d’Islamabad, le gouvernement pakistanais a bloqué les réseaux sociaux ainsi que les chaînes de télévision privées pendant une grande partie du week-end.

Publicité

Samedi 25 novembre, sept personnes sont mortes et plus de 200 ont été blessées dans la capitale du Pakistan, Islamabad, alors que la police tentait de disperser des manifestants islamistes qui occupent depuis plus de trois semaines un pont routier à la sortie de la ville.

VOIR AUSSI : Wikipédia a été bloqué en Turquie après le refus de l'encyclopédie de retirer des articles faisant état de l'"extrémisme" du pays

Craignant que l’information et les images de cette intervention musclée ne précipitent l’extension de la contestation dans plusieurs autres villes du pays, le gouvernement pakistanais a bloqué les réseaux sociaux Facebook, Twitter, Instagram, YouTube ou Dailymotion. De nombreux journalistes locaux ont réussi à se connecter en VPN sur ces plateformes pour dénoncer les agissements du gouvernement.

"Twitter, Facebook, YouTube, Dailymotion sont bloqués au Pakistan alors que le gouvernement essaie de bloquer la communication pour les manifestants religieux et tout le monde."

"Twitter et Facebook ne sont pas accessibles depuis le Pakistan. Je tweete en ce moment en utilisant un VPN."

"Twitter et Facebook sont coupés au Pakistan. Internet et les services mobiles le seront bientôt aussi. Je crois qu'on va en revenir à utiliser des lignes fixes comme dans les années 80."

La réaction de Twitter

Sur son compte Twitter Public Policy, le réseau social de Jack Dorsey avait confirmé le blocage, assurant "contrôler la situation et espérer que le service serait rapidement restauré".

Même sort pour les télévisions privées

L’autorité de régulation des médias électroniques du Pakistan (Pemra) a, quant à elle, coupé les transmissions de toutes les chaînes de télévision privées, les accusant de "violer les régulations médiatiques en diffusant en direct l’opération" des forces de l’ordre, rapporte The Express Tribune.

Au final, les Pakistanais auront dû attendre plus de 24 heures pour pouvoir à nouveau faire usage des réseaux sociaux ou regarder des chaînes d’information à la télévision. Dimanche, l’autorité des télécommunications du Pakistan a ainsi fini par recevoir l’ordre de rétablir les connexions à ces sites.

Après trois semaines de révolte, les milliers de manifestants du groupe religieux Tehreek-i-Labaik Yah Rasool Allah Pakistan (TLYRAP) auront fini par obtenir gain de cause puisque le ministre pakistanais de la justice Zahid Hamid, qu’ils accusaient d’avoir voulu modifier la loi sur le blasphème, a présenté sa démission lundi 27 novembre.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.