Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INFO ÉCO

Affaire Carlos Ghosn : quel avenir pour l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Ivanka Trump doit-elle aller en prison ?"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Carlos Ghosn, zéro de conduite"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Sur un navire en Lybie, 79 migrants refusent de débarquer à Misrata

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "gilets jaunes", des réseaux sociaux à la rue

En savoir plus

LE DÉBAT

Mouvement des "gilets jaunes" : le carburant des extrêmes ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Jean-Claude Juncker : "Nous entretenons des relations difficiles avec l’administration Trump"

En savoir plus

FOCUS

23 millions de candidats, 127 000 postes : Indian Railways recrute !

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Enrico Letta : "Aucun accord de Brexit ne peut réunir une majorité au Parlement britannique"

En savoir plus

Découvertes

En Nouvelle-Zélande, l’une des plus rares espèces de manchots au monde est en danger

© Wolfgang Kaehler/LightRocket via Getty Images | Des manchots aux yeux jaunes sur l'île d'Enderby, dans les îles d'Auckland, au sud de la Nouvelle-Zélande.

Texte par Louise WESSBECHER

Dernière modification : 27/11/2017

Jamais la population des manchots à yeux jaunes n'a été aussi peu nombreuse.

En 2000, ils étaient près de 7 000. Aujourd’hui, ils ne sont plus qu’environ 1 600. Les manchots à yeux jaunes, une espèce endémique de la Nouvelle-Zélande, sont plus en danger que jamais.

VOIR AUSSI : Les dauphins de l’US Navy à la rescousse de marsouins en danger d’extinction

Lors d’une récente étude sur l’île sanctuaire de Whenua Hou (l'île de la Morue en français), où vit une colonie de cette rare espèce, une équipe de scientifiques du département de conservation a fait "la découverte alarmante que près de la moitié de la population des manchots reproducteurs de l’île avait disparu", rapporte le Guardian. Dans le reste de la Nouvelle-Zélande, la population de ces petits manchots aux yeux jaunes et au ventre blanc a atteint le niveau le plus bas jamais enregistré depuis 27 ans, précise l’étude.

Et puisque sur l’île sanctuaire de Whenua Hou aucun prédateur ne rôde, les scientifiques n’ont aucun doute sur les responsables de ce massacre : les bateaux de pêche commerciale. "Contrairement aux années précédentes où les maladies et les températures élevées étaient à l’origine de leur mort, cette année les oiseaux disparaissent en mer", explique Kevin Hague, directeur général de l'organisation de protection Forest & Bird. En fait, alors qu’ils font trempette, les petits manchots se prennent dans les filets des chalutiers et y meurent noyés.

Quant à l’avenir de cette espèce parmi les plus rares au monde, les scientifiques ne sont plus du tout optimistes. Un expert de l’université d’Otago a confié au site Otago Daily Times que, de son opinion professionnelle, les jours des manchots à yeux jaunes sont comptés.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 27/11/2017