Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INFO ÉCO

Affaire Khashoggi : quelles conséquences économiques pour l'Arabie Saoudite ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Quand la Chine "rééduque" ses musulmans"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Affaire Jamal Khashoggi: "On ne menace pas l'Arabie saoudite"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Louise Mushikiwabo nommée à la tête de la Francophonie malgré les critiques

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Kagame : "Avec Macron, nous pouvons faire des progrès"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Climat : trop nombreux pour la planète ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Bien-être animal : la France, mauvaise élève

En savoir plus

TECH 24

Et si une intelligence artificielle prenait les décisions à votre place ?

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Nos gestes écocitoyens suffiront-ils ?

En savoir plus

Asie - pacifique

La Corée du Nord affirme que son nouveau missile peut toucher tout le sol américain

© Jung Yeon-Je, AFP | Kin Jung-Un a pris la parole à la télévision nord-coréenne le 29 novembre 2017 pour annoncer que le tir de missile avait été réalisé avec succès.

Vidéo par Sérine BEY

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/11/2017

Un nouveau missile balistique a été testé, mercredi, par la Corée du Nord. Pyongyang affirme que Hwasong-15 est susceptible d'atteindre les États-Unis en tous points de leur territoire.

Cette fois-ci c’est la totalité du territoire américain qui serait menacée par la Corée du Nord. Pyongyang a testé avec succès, mercredi 29 novembre, un nouveau type de missile balistique intercontinental (ICBM), le Hwasong-15. Selon le régime de Kim Jung-un, ce projectile pourrait frapper les États-Unis à n’importe quel endroit, y compris sur la côte est.

Après ce lancé, la présentatrice favorite du régime nord-coréen, Ri Chun-Hee, est apparue à la télévision officielle pour annoncer ce succès : "Kim Jong-un a déclaré avec fierté que nous avions finalement réalisé notre grande cause historique, l'achèvement d'une force nucléaire d'État, la mise au point d'une puissance balistique", a-t-elle annoncé.

Selon un spécialiste occidental, sa trajectoire en cloche, à la verticale, suggérait qu'il avait en fait une portée de 13 000 kilomètres, soit la plus longue pour un missile testé par la Corée du Nord, qui mettrait chacune des villes principales des États-Unis à sa portée.

Frédéric Ojardias, correspondant de France 24 en Corée du Sud

"On va s'occuper de ce cas"

Le Conseil de sécurité des Nations unies doit se réunir, mercredi soir, en urgence. Ce tir a tout d'un bras d'honneur au président Trump, qui a récemment annoncé de nouvelles sanctions contre Pyongyang et a remis la Corée du Nord sur la liste américaine des États qui soutiennent le terrorisme.

Donald Trump s'est entretenu par téléphone avec le Premier ministre japonais Shinzo Abe et avec le président sud-coréen Moon Jae-in. Les trois dirigeants ont réaffirmé leur détermination combattre la menace nord-coréenne.

"On va s'occuper de ce cas", a déclaré Donald Trump à la Maison Blanche.  Le secrétaire d'État américain Rex Tillerson a souligné quant à lui que les "options diplomatiques" restaient "sur la table, pour l'instant".

Avec AFP et Reuters

Première publication : 29/11/2017

  • CORÉE DU NORD

    Poursuivant un transfuge, un soldat nord-coréen franchit la frontière avec le Sud

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le chef du nucléaire américain prêt à s'opposer à des frappes ordonnées par Trump

    En savoir plus

  • ASIE

    Trump en Asie : une tournée "va-t-en-guerre" pour la Corée du Nord

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)