Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"Bioéthique, le tournant?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Maroc - crise migratoire, la marine royale tire sur une embarcation de migrants : 1 mort

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls traverse la frontière pour devenir maire

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Ugo bernalicis : "La France de Macron rejoint Salvini"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Amélie de Montchalin : "Ce budget affirme que le travail paie"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La France de l'Occupation racontée par Pierre Assouline

En savoir plus

FOCUS

Une présence jihadiste, mais pas d'attentat : le cas singulier de l'Italie

En savoir plus

L’invité du jour

Reza : "Je ne suis pas photographe de guerre, je suis correspondant de paix "

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Vers un baril de pétrole à 100 dollars d'ici fin 2018 ?

En savoir plus

Moyen-Orient

Vidéo : Gaza inquiète après le report du transfert de pouvoir entre Hamas et Autorité palestinienne

© Mahmud Hams, AFP | Des Palestiniens de la bande de Gaza célèbrent l'accord entre le Fatah et le Hamas, le 12 octobre 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/12/2017

La gestion de la bande de Gaza devrait revenir à l’Autorité palestinienne dix jours plus tard que prévu. Les équipes de France 24 sur place ont pu mesurer l'inquiétude des habitants de cette enclave maintenue sous pression.

Dix jours de plus à attendre. Les habitants de la bande de Gaza n’ont pas apprécié que les deux partis rivaux palestiniens, le Fatah et le Hamas, reportent de dix jours le transfert des pouvoirs à Gaza. Vendredi 1er décembre, le Hamas était en effet censé remettre les clefs de la bande de Gaza à l’Autorité palestinienne, qui administre déjà Jérusalem-est et la Cisjordanie. La passation doit finalement avoir lieu le 10 décembre.

Cette décision intervient après que les deux frères ennemis se sont mutuellement accusés de manquer à leurs engagements, même si l’objectif de ce report est officiellement de "finaliser certaines dispositions", selon un communiqué du Hamas.

Ce flottement fait en tout cas craindre un échec du processus, qui devait pourtant mettre en fin aux sanctions imposées par l’Autorité palestinienne sur les salaires et l’électricité. Les Gazaouis n’ont pas caché leur déception aux envoyés spéciaux de France 24 sur place, Marine Vlahovic, Sharif Abdel Kouddous et Jimmy Hutcheon.

"Inhabitable" en 2020

Selon le rapport de l’ONU "Gaza – 10 ans après", ce petit territoire enclavé pourrait devenir "inhabitable" d’ici à 2020.

Les deux millions d’habitants de l’enclave palestinienne traversent une crise humanitaire et énergétique sans précédent. Pour faire tourner son commerce, Fathi Basel n’a pas d’autre choix que de dépenser l’équivalent d’un salaire moyen mensuel, soit 1 200 shekels (près de 300 euros) selon lui. "Je paie la compagnie d’électricité, le générateur du voisin et notre générateur, explique-t-il. Ça me rend fou, parce que je suis là depuis 7 h ce matin et je n’ai pas même pas encore gagné de quoi manger, je n’ai même pas de quoi m’acheter une cigarette."

Même parmi les soutiens des deux factions, la décision du report a étonné : "Nous avons été surpris par ce manque de courage des dirigeants. La dépression s’est installée et c’est comme si notre optimisme s’était évanoui", raconte Mohamed Abu Atayeh, membre du Hamas.

Considéré comme terroriste par son ennemi israélien, les États-Unis ou encore l'Union européenne, le Hamas a évincé l'Autorité palestinienne de la bande de Gaza en 2007 et y gouverne depuis. L'accord est supposé mettre fin à une décennie de dissensions humainement désastreuses pour les Gazaouis.

Avec AFP

Première publication : 01/12/2017

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    Le Fatah et le Hamas s'accordent pour des élections générales d'ici la fin 2018

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    L'Égypte ouvre la frontière avec Gaza, des centaines de Palestiniens sur le départ

    En savoir plus

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    Bande de Gaza : le Fatah et le Hamas signent un accord de réconciliation au Caire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)