Accéder au contenu principal
JUSTICE

Lafarge en Syrie : trois cadres mis en examen pour "financement d'une entreprise terroriste"

L'entreprise française Lafarge a été perquisionnée à Paris, le 14 novembre 2017.
L'entreprise française Lafarge a été perquisionnée à Paris, le 14 novembre 2017. Franck Fife, AFP, Archive
5 mn

Trois cadres de Lafarge ont été mis en examen vendredi pour "financement d'une entreprise terroriste" et "mise en danger de la vie d'autrui" dans le cadre de l'enquête sur les activités d'une cimenterie en Syrie, a-t-on appris de source judiciaire.

Publicité

Trois cadres de Lafarge ont été mis en examen vendredi 1er décembre dans l'enquête sur les activités du groupe franco-suisse en Syrie. Le géant du ciment est soupçonné d'avoir indirectement financé l'organisation État islamique pour faire tourner sa cimenterie dans le pays en guerre.

Placés mercredi en garde à vue, Bruno Pescheux, directeur de la cimenterie syrienne de 2008 à 2014, Frédéric Jolibois, qui avait repris la direction du site à partir de l'été 2014, et Jean-Claude Veillard, directeur sûreté chez Lafarge, ont été mis en examen pour "financement d'une entreprise terroriste" et "mise en danger de la vie d'autrui", selon une source judiciaire.

Frédéric Jolibois et Jean-Claude Veillard ont été placés sous contrôle judiciaire, tout comme Bruno Pescheux dont le parquet de Paris avait requis le placement en détention provisoire. Sollicité, le groupe Lafarge n'a pas souhaité faire de commentaires.

Une perquisition au siège de Lafarge

Les investigations sur ce dossier hors norme se sont accélérées ces dernières semaines, une vaste perquisition ayant été menée à la mi-novembre au siège du cimentier à Paris.

Lafarge est soupçonné d'avoir pactisé avec des groupes jihadistes, dont l'EI, pour continuer à faire fonctionner en 2013 et 2014 son usine de Jalabiya dans le nord de la Syrie.

La justice soupçonne le groupe français, qui a fusionné en 2015 avec le Suisse Holcim, d'avoir transmis de l'argent à l’organisation jihadiste contre l'obtention de laissez-passer pour ses employés. Il lui est aussi reproché de s'être approvisionné en pétrole auprès de l'EI, qui avait pris le contrôle de la majorité des réserves stratégiques du pays à partir de juin 2013.

Entendu une première fois début 2017 par le Service national de douane judiciaire (SNDJ), chargé des investigations, Frédéric Jolibois avait reconnu avoir acheté du pétrole à "des organisations non-gouvernementales" notamment kurdes ou islamistes, en violation de l'embargo décrété par l'Union européenne en 2011.

"20 000 dollars" pour l'EI

Bruno Pescheux avait confirmé des versements litigieux. La branche syrienne du groupe (Lafarge Cement Syria) versait "de 80 000 à 100 000 dollars" par mois à un intermédiaire, Firas Tlass, qui ventilait les fonds entre différentes factions armées, d'après l'ex-directeur. Ce qui représentait pour l'EI "de l'ordre de 20 000 dollars", selon lui.

"Ce n'est pas lui qui pouvait décider de fermer ou non l'usine. La décision ne pouvait venir que de la maison-mère et il n'y avait donc aucune raison de le placer en détention", a réagi son avocat Daniel Soulez-Larivière.

L'enquête s'attache aussi à déterminer si Lafarge a tout fait pour assurer la sécurité de ses employés syriens. Ces derniers étaient restés seuls sur place, alors que la direction de l'usine avait quitté Damas pour Le Caire à l'été 2012 et que, quelques mois plus tard, les expatriés avaient été évacués.

Les supérieurs et les autorités françaises étaient-ils au courant ?

Entendu en janvier, Jean-Claude Veillard a raconté comment neuf employés alaouites (communauté musulmane hétérodoxe minoritaire en Syrie) avaient été enlevés en 2012 par les Kurdes puis "revendus à des milices locales". Il avait expliqué que Lafarge avait dû s'acquitter d'une rançon de 200 000 euros.

Cet épisode n'avait pas modifié la stratégie du cimentier de se maintenir dans le pays. Le cadre a aussi reconnu que lorsque l'EI a finalement pris le contrôle du site, en septembre 2014, les employés syriens avaient "dû fuir par leurs propres moyens".

Lafarge : récit en images d'une dérive incontrôlée en Syrie

"Mon client n'a jamais eu de pouvoir de décision au sein de Lafarge et n'a cessé d'alerter ses interlocuteurs opérationnels", a déclaré son avocat Sébastien Schapira, annonçant qu'il allait contester cette mise en examen "dans les prochaines semaines".

Plusieurs autres responsables du cimentier et de sa filiale syrienne ont été entendus, notamment Bruno Lafont, ex-PDG du groupe, et Eric Olsen, directeur général démissionnaire de LafargeHolcim.

>> À lire : Lafarge et les groupes armés en Syrie : le PDG annonce sa démission

Selon un rapport des douanes judiciaires, la direction française de Lafarge "a validé" les remises de fonds aux groupes jihadistes "en produisant de fausses pièces comptables".

Les témoignages suggéraient aussi que la décision de rester en Syrie avait reçu l'aval des autorités françaises. Frédéric Jolibois expliquait ainsi avoir été "régulièrement en contact avec le Quai d'Orsay et la DGSE", les services de renseignement français.

>> À lire : Lafarge en Syrie : l'ONG Sherpa réclame l'audition de Laurent Fabius par la justice

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.