Accéder au contenu principal

Pakistan : attaque meurtrière des Taliban contre une école à Peshawar

Des forces de sécurité près des locaux de l’Institut de formation agricole de Peshawar, le 1er décembre 2017.
Des forces de sécurité près des locaux de l’Institut de formation agricole de Peshawar, le 1er décembre 2017. Abdul Majeed, AFP

Au moins neuf personnes ont été tuées, vendredi, lors d'une attaque de Taliban, revêtus de burqas, contre un institut de formation agricole de Peshawar, dans le nord-ouest du Pakistan.

PUBLICITÉ

Neuf personnes ont été tuées et des dizaines blessées, vendredi 1er décembre, lors d'une attaque revendiquée par les Taliban contre un établissement de formation à Peshawar, dans le nord-ouest du Pakistan, alors que la sécurité avait été renforcée à travers le pays pour l'anniversaire de la naissance du prophète Mahomet.

Des Taliban revêtus de burqas ont ouvert le feu aux portes du bâtiment, blessant un garde, avant de faire irruption dans les locaux de l’Institut de formation agricole. D'après le chef de la police de Peshawar, Muhammad Tahir Khan, trois assaillants ont été tués. Les forces de sécurité sont en train de fouiller les locaux de l’établissement à la recherche d'autres suspects éventuels.

Les porte-parole de deux hôpitaux de Peshawar ont expliqué avoir reçu les dépouilles de neuf personnes et avoir recueilli 38 blessés, dont plusieurs dans un état critique.

"On suppliait le blessé de ne pas faire de bruit"

Noor Wali, étudiant de 19 ans, a raconté une épreuve terrifiante qui a débuté quand il a été réveillé par des tirs. "Je me suis précipité vers la porte et j'ai vu une fontaine de sang jaillir de l'épaule de mon camarade de chambre, qui se tenait devant la pièce", a-t-il confié à l'AFP. Avec un autre étudiant, ils se sont rués à sa rescousse puis se sont cachés pendant près d'une heure, avant d'être secourus par les forces de sécurité.

"L'autre étudiant appuyait sur la blessure avec les mains pour empêcher les saignements et j'ai dû lui mettre la main sur la bouche pour l'empêcher de crier", a-t-il poursuivi. "On s'est abrité dans la chambre et on suppliait le blessé de ne pas faire de bruit pour ne pas alerter les terroristes."

Un responsable du mouvement Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP) Muhammad Khurasani a revendiqué la responsabilité de l'attaque dans un appel téléphonique à  l'AFP. "Nos moudjahidines ont attaqué le bâtiment car il servait de bureau pour l'ISI [services de renseignements pakistanais, NDLR]. Si Dieu le veut, nos combattants vont se battre jusqu'à la dernière goutte de sang", a-t-il déclaré.

Avec AFP

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.