Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INFO ÉCO

Affaire Carlos Ghosn : quel avenir pour l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Ivanka Trump doit-elle aller en prison ?"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Carlos Ghosn, zéro de conduite"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Sur un navire en Lybie, 79 migrants refusent de débarquer à Misrata

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "gilets jaunes", des réseaux sociaux à la rue

En savoir plus

LE DÉBAT

Mouvement des "gilets jaunes" : le carburant des extrêmes ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Jean-Claude Juncker : "Nous entretenons des relations difficiles avec l’administration Trump"

En savoir plus

FOCUS

23 millions de candidats, 127 000 postes : Indian Railways recrute !

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Enrico Letta : "Aucun accord de Brexit ne peut réunir une majorité au Parlement britannique"

En savoir plus

EUROPE

Tollé autour d'une exposition berlinoise, "Le musée des martyrs", où figure l'un des terroristes du Bataclan

© AFP, Archive | L'attentat du 13 novembre 2015 au Bataclan à Paris a fait 90 morts et de très nombreux blessés.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/12/2017

Une exposition berlinoise intitulée "Le musée des martyrs", consacrée à des personne mortes pour leurs idées, présente une photo de l'un des auteurs de l'attentat du Bataclan en 2015. Polémique sur les réseaux sociaux.

"Scandaleux", "honteux", l’exposition berlinoise intitulée "Le musée des martyrs" ne passe pas inaperçue. Depuis la fin du mois de novembre, le travail de deux artistes danois, exposé dans la capitale allemande à la Maison des artistes de Béthanie, met à l'honneur des personnes "mortes pour leurs convictions". Au milieu des portraits de Socrate ou de Martin Luther King, on peut y voir celui d’Ismaël Omar M., l’un des trois auteurs de l'attentat du Bataclan en 2015, responsable de la mort de 90 personnes venues assister au concert de rock des Eagles of Death Metal.

D'autres personnalités controversées partagent l’affiche comme l'Égyptien Mohammed Atta, chef du commando terroriste du 11-septembre 2001 aux États-Unis, ainsi que les auteurs des attaques de Bruxelles en 2016.

"Élargir le concept de martyr"

Le commissaire de l’exposition, Ricarda Ciontos, justifie la présence de ces terroristes en expliquant que les deux artistes, Ida Grarup Nielsen et Henrik Grimbäck, ont souhaité "élargir le concept de martyr" et présenter des personnalités "au-delà de tout jugement de valeur".

Des explications jugées peu recevables par l'ambassade de France en Allemagne, qui a critiqué un "parti pris profondément choquant". "Tout en appelant notre attachement à la liberté de la création artistique, nous dénonçons la confusion ainsi faite entre martyr et terrorisme", a fait savoir la représentation diplomatique au journal Le Parisien. L’association de victimes des attentats du 13-novembre, Life for Paris, a également fait part de son indignation dénonçant "une provocation haineuse et intolérable à visée purement médiatique, [et a demandé] le retrait immédiat de la photo incriminée".

Du côté des réseaux sociaux, les commentaires indignés n’ont pas non plus manqué. Certaines personnalités politiques comme Eric Ciotti, Nicolas Dupont-Aignan ou Valérie Boyer se sont notamment fendus d’un tweet pour partager leur indignation.

Une précédente exposition similaire avait vu le jour au Danemark en 2016, suscitant déjà de vives réactions.

Première publication : 04/12/2017

  • ATTENTATS DU 13 NOVEMBRE

    Attentats du 13 novembre : un rescapé du Bataclan s'est suicidé

    En savoir plus

  • 13-NOVEMBRE, UN AN APRES

    Sting au Bataclan : "Célébrer la vie, mais ne pas oublier"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Des rescapés et proches des victimes de l'attaque du Bataclan reçus par des juges

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)