Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée, la marche de l'opposition réprimée par la police

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le président turc, justicier ou opportuniste ?

En savoir plus

LE DÉBAT

"Davos du désert" à Riyad entre tensions et contrats

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Stéphane Troussel : "L'État est défaillant en Seine-Saint-Denis"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Joachim Son-Forget : "Je ne suis pas déçu par l'action du président"

En savoir plus

FOCUS

Suicide d'agriculteurs en France : l'épidémie silencieuse

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Romain Duris : "On ne me connaît pas en dehors de mes rôles, et tant mieux"

En savoir plus

L’invité du jour

Annick Girardin : le référendum en Nouvelle-Calédonie est "historique"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Caravane des migrants : Trump "ne fait qu'empirer les choses"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Grands titres, éditos, photos et dessins du jour... Nos chroniqueurs passent en revue les Unes de la presse française et étrangère, ainsi que les débats qui l’alimentent. Du lundi au vendredi à 7h15 et 9h15.

Dernière modification : 07/12/2017

"Trump : "Jérusalem est la capitale d'Israël""

© Capture d'écran France 24

Au menu de cette revue de presse internationale du jeudi 7 décembre : les réactions à la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme la nouvelle capitale d’Israël, et un tableau de Balthus au centre de la polémique.

<span><span>Le + </span></span>: Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre <span><span>i</span></span><span>Phone</span> ou sur <span>tout autre mobile</span>. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur <span>Facebook</span>

 

Au menu de cette revue de presse internationale, la décision de Donald Trump, de reconnaître Jérusalem comme nouvelle capitale d’Israël.

 

«Jérusalem, capitale d’Israël», titre Israël Al Yaoum, avec l’image du drapeau de l’État hébreu flottant sur la ville sainte. Le quotidien de droite israélien salue la décision de Donald Trump par un «Merci M. le Président !», et se réjouit de ce dernier n’aurait pas eu «peur» de «nager à contre-courant », et de réaliser, en un an de mandat, «ce que les juifs attendaient» depuis toujours. «Cette ville est la capitale d’Israël», répète The Jerusalem Post, en reprenant les mots exacts du président américain, qui a aussi annoncé son intention de faire déménager l’ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem. Aux États-Unis, The Washington Times fait part, lui aussi, de sa satisfaction. «La réalité est difficile à vendre dans certains coins du Proche-Orient, où la «haine des juifs» est tout ce qui est attendu de la part des dirigeants». «Les nations occidentales se sont habituées à la fiction qui consiste à croire qu’il y a dans cette région une envie authentique d’une paix durable, et que tout ce qu’il faut pour y parvenir, c’est un bon "processus". Mais le processus de paix n’est pas la paix», écrit le journal conservateur, qui estime que Donald Trump n’a fait que «reconnaître la réalité».

 

En rompant avec ses prédécesseurs, Donald Trump satisfait, sans doute, une partie de l’opinion israélienne et américaine, mais il inquiète le reste du monde. En Belgique, Le Soir s’alarme d’une décision qui «ébranle le Proche-Orient», et reproche au président américain d’«œuvrer contre le paix». «L’intervention du milliardaire qui règne à Washington ressemble à l’irruption d’un éléphant dans un magasin de porcelaine», cingle le quotidien belge. Au Liban, L’Orient Le Jour dénonce «la gifle au monde de Donald Trump». «Insulte? Outrage? Camouflet? C’est une quadruple gifle que le président des États-Unis a assénée hier : à la doctrine diplomatique américaine au Proche-Orient, pratiquement intouchée depuis 70 ans, à la communauté internationale, unanime contre lui, aux Arabes en général, musulmans et chrétiens, et enfin, aux Palestiniens en particulier».

 

D’après The Guardian, la décision de Donald Trump serait un «désastre» pour le monde arabe, mais aussi pour les États-Unis. C’est en tout cas ce que soutient Rashid Khalidi, qui enseigne à l’université de Columbia. Selon lui, la déclaration de Trump légitimerait, «de façon rétroactive, la prise et l’occupation israélienne de Jérusalem-Est durant la guerre de 1967, au détriment des centaines de milliers de Palestiniens qui y vivent». «Il est désormais difficile d’envisager un accord de paix israélo-palestinien, et la blessure que les États-Unis viennent de s’infliger à eux-mêmes restera longtemps dans les annales de la diplomatie», prévient-il. Cette analyse est assez proche de celle du quotidien de gauche israélien Haaretz, qui montre Donald Trump en uniforme de l’armée israélienne et s’inquiète du «retrait des États-Unis du processus de paix». «Il est vrai que ses prédécesseurs ne sont pas parvenus à obtenir un accord, mais au moins tenaient-ils leur rôle de médiateur depuis l’année 2000 et les accords de Camp David», relève le journal, qui critique «le cadeau» opportun de Donald Trump au Premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, actuellement englué dans des affaires de corruption et dans ses difficultés à tenir sa coalition.

 

Ces critiques sont relayées, également, par les dessinateurs de presse. Dans le quotidien britannique The Times, Donald Trump est montré en train d’écraser la colombe de la paix contre le mur des lamentations, tandis que le quotidien panarabe basé à Londres, Asharq Al Awsat, représente Jérusalem en grenade prête à être dégoupillée.

 

Un mot, pour terminer, de la polémique provoquée par une pétition demandant le retrait d'un tableau de Balthus, exposé au «Met» de New York. Près de 9600 personnes se seraient mobilisées ces derniers jours, d’après Metro, qui rapporte que l’objet de leur courroux est une toile intitulée "Thérèse rêvant", qui représente une jeune fille assise une jambe levée, dévoilant son entrejambe et ses sous-vêtements. D’après l’auteure de cette pétition, le Metropolitan Museum soutiendrait, «peut-être de manière non intentionnelle, le voyeurisme et la réification des enfants», en exposant ce tableau sans «clarification» ». Elle dit aussi avoir fait cette demande «compte tenu du climat actuel autour des agressions sexuelles et des accusations rendues publiques chaque jour», en référence aux multiples accusations d'abus sexuels post-Weinstein. Fondées ou non, ses accusations, en tout cas, suscitent des discussions très vives, d’après Newsweek, certains reprochant au mouvement MeToo, qui a émergé dans le sillage de cette affaire, et qui vient d’être distingué «personnalité de l’année» par le magazine Time, d’en faire désormais un peu trop, au point d’encourager les censeurs de tout poil.

 

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française(du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale(du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

23/10/2018 Revue de presse

Caravane des migrants : Trump "ne fait qu'empirer les choses"

Dans la presse ce 23 octobre, la caravane de migrants honduriens poursuit sa route à travers le Mexique, direction les États-Unis. Une crise humanitaire scrutée par les presses...

En savoir plus

23/10/2018 Revue de presse

Affaire Khashoggi : "Le prince et le meurtre"

À la une de la presse ce mardi 23 octobre, l'affaire Khashoggi et ces pays qui demandent des comptes à l'Arabie saoudite, aux prises avec la plus grave crise internationale...

En savoir plus

22/10/2018 Revue de presse

"Comment la Turquie instrumentalise l'affaire Khashoggi"

Dans la presse ce lundi 22 octobre, les dernières révélations sur les circonstances de la mort du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, des informations distillées au...

En savoir plus

22/10/2018 Revue de presse

"Le système Mélenchon"

À la une de la presse ce lundi 22 octobre, l'inquiétude des Russes après l'annonce du retrait américain du traité de 1987 sur les armes nucléaires de portée intermédiaire, des...

En savoir plus

19/10/2018 Revue de presse

L'Algérie interdit le niqab dans les lieux de travail

Dans la presse ce vendredi, l'Algérie interdit le niqab dans les lieux de travail, une mesure, selon certains, visant à détourner les esprits de l’emprisonnement de généraux par...

En savoir plus