Accéder au contenu principal
Découvertes

Les néonazis américains se font un fric monstrueux grâce au bitcoin

Des suprémacistes blancs lors d'une marche nocturne à Charlottesville, le 11 août 2017.
Des suprémacistes blancs lors d'une marche nocturne à Charlottesville, le 11 août 2017. Evelyn Hockstein/For The Washington Post via Getty Images
Texte par : Benjamin BRUEL
3 mn

L'alt-right américaine a investi dans le bitcoin pour financer ses sites d'informations, ses leaders et ses actions. Sur Twitter, un bot traque leurs activités.

Publicité

Le bitcoin a un problème politique. À l’origine, la cryptomonnaie était utilisée comme un outil permettant de s’émanciper des règles bancaires classiques. Pas de change, pas de taxes, pas d’autorités financières et une forme de liberté fiscale retrouvée.

VOIR AUSSI : L'industrie du bitcoin pollue, voici comment la rendre plus écolo

Mais le cours du bitcoin s’est envolé durant ces derniers mois – il atteint désormais les 15 000 dollars à l'heure où l'on écrit ces lignes. Au point que de nombreuses personnes étrangères à son fonctionnement ou à sa philosophie se sont plongées dans les méandres de la cryptomonnaie pour en tirer des bénéfices.

Le chercheur en cybersécurité John Bambenek, professeur à l'université de l'Illinois, a créé un bot sur Twitter pour traquer l’activité des portefeuilles bitcoin (bitcoin wallets) liés à l’extrême droite et aux néonazis américains. Nommé @NeoNaziWallets, ce compte essaie de proposer un regard exhaustif sur les échanges et les dons d’argent de l’alt-right américaine.

[scald=62846:article_details {"linkTarget":"_self","additionalClasses":""}]

Charlottesville et le boom du bitcoin

John Bambenek a commencé à s’intéresser aux transactions financières en ligne des néonazis américains après les événements de Charlottesville, en août dernier.

"[Avant Charlottesville] c’était simplement des idiots trollant sur Internet de manière anonyme", explique-t-il au magazine américain Red Herring. "Mais le fait de se rencontrer dans un endroit, s'envoyer des voitures les uns sur les autres, était fou. En faisant quelques recherches, j’ai vu qu’ils faisaient de la publicité pour des portefeuilles bitcoin pour obtenir des donations. J’ai jeté un œil et vu que The Daily Stormer avait vraiment de l’argent. À partir de là, ça valait le coup d’enquêter."

Grâce à son bot, John Bambenek a découvert qu’Andrew Auernheimer, militant politique et webmaster du Daily Stormer, l’un des principaux sites d’actualité des mouvements de suprémacistes blancs et néonazis, avait reçu pas moins d’un million de dollars de dons en bitcoins. Le site en lui-même possède un portefeuille bitcoin de 300 000 dollars.

Le fondateur du site, Andrew Anglin, considère que le bitcoin est la "cryptomonnaie des nazis" tandis que Richard Spencer, fameux créateur du terme alternative right, affirmait déjà en mars dernier que le bitcoin allait devenir "la monnaie de l’alt-right".

Beaucoup d’autres portefeuilles bitcoin sont liés à l’extrême droite américaine et @NeoNaziWallets repère chaque jour de nouveaux échanges. Son but ultime est de mettre en lumière les sommes incroyables que les suprémacistes et groupes haineux sont capables d’obtenir. "Je veux que ça devienne difficile pour eux de lever cet argent, de le stocker, de le dépenser", affirmait John Bambenek à Motherboard en août dernier.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.