Accéder au contenu principal

La Ligue arabe demande à Washington d'annuler sa décision sur Jérusalem

Le quartier général de la Ligue arabe lors d'une réunion d'urgence des ministres des Affaires étrangères, le 9 décembre 2017.
Le quartier général de la Ligue arabe lors d'une réunion d'urgence des ministres des Affaires étrangères, le 9 décembre 2017. Mohamed el-Shahed, AFP

Les États de la Ligue arabe ont demandé à Donald Trump, dimanche, d'annuler sa décision de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël. Selon eux, l'initiative ne fera qu'accroître les violences dans la région.

PUBLICITÉ

Les ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe ont appelé Washington à annuler sa décision de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël, dans une résolution publiée dimanche 10 décembre au matin, après une réunion au Caire.

Les ministres affirment que les États-Unis se sont "retirés comme parrains et intermédiaires du processus de paix" au Proche-Orient. L'initiative de Donald Trump est, selon eux, une "violation dangereuse" du droit international et est "nulle et non avenue".

La Ligue arabe va s'efforcer d'obtenir du Conseil de sécurité des Nations unies, où les États-Unis disposent d'un droit de veto, une résolution condamnant la décision de Donald Trump.

>> Statut de Jérusalem : l'onde de choc causée par la décision de Donald Trump ?

Vague de mécontentement

Les ministres des pays membres s'étaient rassemblés, samedi soir, au siège de la Ligue arabe, au Caire, pour une réunion extraordinaire, en vue de formuler une réponse à la décision américaine, qui a provoqué une vague de mécontentement dans le monde arabe.

Ils ont également appelé la communauté internationale à reconnaître un État palestinien avec, comme capitale, Jérusalem-Est, annexée depuis 1967 par Israël.

Éric de Lavarene, correspondant de France 24 au Caire

Pour le troisième jour consécutif, des heurts ont eu lieu, samedi, dans les Territoires palestiniens. Des manifestants sont descendus dans les rues à Jérusalem-Est ainsi qu'en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par l'armée israélienne depuis cinquante ans, et dans la bande de Gaza.

Deux activistes du Hamas ont péri, samedi, dans des raids aériens israéliens, lancés après des tirs de roquettes depuis la bande de Gaza.

Le président palestinien Mahmoud Abbas a décidé, samedi, de ne pas recevoir en décembre le vice-président américain Mike Pence en signe de protestation contre la décision des États-Unis.

Avec Reuters et AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.