Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"Bioéthique, le tournant?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La marine marocaine tire sur une embarcation de migrants, faisant un mort

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls traverse la frontière pour devenir maire

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Ugo Bernalicis : "La France de Macron rejoint Salvini"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Amélie de Montchalin : "Ce budget affirme que le travail paie"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La France de l'Occupation racontée par Pierre Assouline

En savoir plus

FOCUS

Une présence jihadiste, mais pas d'attentat : le cas singulier de l'Italie

En savoir plus

L’invité du jour

Reza : "Je ne suis pas photographe de guerre, je suis correspondant de paix "

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Vers un baril de pétrole à 100 dollars d'ici fin 2018 ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Grands titres, éditos, photos et dessins du jour... Nos chroniqueurs passent en revue les Unes de la presse française et étrangère, ainsi que les débats qui l’alimentent. Du lundi au vendredi à 7h15 et 9h15.

Dernière modification : 11/12/2017

"Super Poutine"

© Capture d'écran France 24

Au menu de cette revue de presse internationale du lundi 11 décembre : la rencontre entre Benyamin Netanyahou et Emmanuel Macron, quatre jours après la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël, mais aussi un ballet russe controversé, une expo "Super Poutine", et l’élection du nouveau patron de la droite française vue de l’étranger.

<span><span>Le + </span></span>: Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre <span><span>i</span></span><span>Phone</span> ou sur <span>tout autre mobile</span>. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur <span>Facebook</span>

 

Au menu de cette revue de presse internationale, la rencontre, hier, entre le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou, quatre jours après la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël.

 

Face au Premier ministre israélien, le chef de l’État français a exprimé «sa désapprobation» de l’initiative «unilatérale» du président américain, qu’il juge«contraire au droit international et dangereuse pour la paix», tout en relevant que tout ce qui menace la sécurité d’Israël et des Israéliens est «condamné par la France avec beaucoup de fermeté et de clarté». Un message que résume ainsi le quotidien conservateur israélien The Jerusalem Post : «La France ne cherchera pas à concurrencer le plan de paix des États-Unis». Certains jugeront sans doute cette interprétation des propos présidentiels assez libre. Elle est sensiblement différente, en tout, cas, de celle qu’en fait le journal de gauche israélien Haaretz, qui a surtout retenu la volonté exprimée par Emmanuel Macron de voir l’État hébreu «donner une chance à la paix» et de «faire un geste envers les Palestiniens», notamment à travers le gel de la colonisation.

 

Des Palestiniens qui seraient partagés, aujourd’hui, entre la colère et la résignation, selon L’Orient Le Jour. «À Ramallah et dans le reste de la Cisjordanie, le constat est le même : malgré un regain évident de violence depuis quelques jours, la rue palestinienne semble peu mobilisée», raconte le quotidien libanais, qui cite également l’analyse de Mkhaimar Abusada, un politologue palestinien vivant à Gaza, qui estime que «les manifestations (de Palestiniens) vont certainement durer encore quelques jours», mais qu'une nouvelle intifada «ne se produira sans doute pas». «Les Palestiniens sont vraiment fatigués de toute cette violence», assure-t-il, en affirmant que cette faible mobilisation populaire «s'explique notamment par une méfiance vis-à-vis de l'Autorité palestinienne».

 

En Russie, le ballet «Noureev», sur la vie du danseur étoile soviétique, a triomphé samedi soir sur la scène du Bolchoï, sans la présence de son metteur en scène, Kirill Serebrennikov, assigné à résidence à Moscou. D’après The Independent, ce dernier est assigné à son domicile depuis le mois de septembre dans le cadre d'une enquête sur des supposés détournements de fonds. Une affaire dénoncée comme politique par les milieux artistiques russes et les opposants du Kremlin, qui rappellent que Serebrennikov, comme Rudolf Noureev, est un homosexuel dans un pays où l’homosexualité est réprimée, et que sans être classé comme dissident, il n’hésite pas à affirmer le caractère subversif de l'art, de son art - ce qui ne serait pas du goût des hautes sphères politiques russes.

 

Le Kremlin préfère sans doute l’art version Poutine. The Huffington Post nous apprend qu'une trentaine de peintres et sculpteurs rendent actuellement hommage au président russe à Moscou, dans une exposition intitulée sobrement «Superpoutine». «Chaque artiste [y] a représenté Vladimir Poutine sous ses aspects positifs»,selon l’une des organisatrices de l’exposition, qui juge bon d’ajouter que «même les plus inhabituelles des peintures représentent positivement» le patron du Kremlin. D’après Ioulia Dzioujeva, la commissaire de cette édifiante présentation, le président apparaît tel qu’en lui-même, «franc, sportif, mélomane, protecteur des animaux», «loyal et respectueux envers tous». Cette exposition devrait ensuite voyager à Londres et Berlin. L’occasion de vérifier la popularité du président russe, qui est candidat à un quatrième mandat l’année prochaine.

 

Un mot, pour terminer, de l’élection, hier en France, de Laurent Wauquiez à la tête du parti les Républicains. Le très adroit, ou très à droite, c’est selon, président de la région Rhône-Alpes-Auvergne, l’emporte dès le premier tour avec près de 75% des voix sur 100 000 votants. Une victoire dans laquelle le dessinateur Ben Jennings, du quotidien britannique The Guardian, voit l’ombre portée de l’élection de Donald Trump, la manifestation d’une droitisation de la politique, qui aurait traversé l’Atlantique. Une analyse semblable, d’ailleurs, à celle qu’on a trouvée du côté de Politico. Le site américain présente le nouveau patron des Républicains comme le «bad boy», le mauvais garçon du principal parti conservateur, un candidat parvenu à s’imposer grâce à un score «écrasant», dans une formation divisée depuis le «crash» de la candidature de François Fillon à la présidentielle, et qui mènerait aujourd’hui une campagne «agressive» contre Emmanuel Macron, qu’il a d’ailleurs accusé, dans une récente interview à Politico de ne pas «faire le travail» en matière économique, et de mener la France «dans le mur» avec ses propositions pour l’Europe.

 

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française(du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale(du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

26/09/2018 Revue de presse

"Jair Bolsonaro: vers un retour de la dictature au Brésil?"

Dans la presse, ce mercredi 26 septembre, l’autorisation accordée à l’Aquarius d’accoster à Malte. Une nouvelle controverse autour de Jair Bolsonaro, le candidat d’extrême-droite...

En savoir plus

26/09/2018 Revue de presse

"Bioéthique, le tournant?"

A la Une de la presse, ce mercredi 25 septembre, les réactions, en Iran et en Chine, au discours de Donald Trump à l’ONU, celles, en France, au «oui» du Comité national...

En savoir plus

25/09/2018 Revue de presse

"Harkis, une si longue attente"

À la une de la presse, ce mardi 25 septembre, l'appel à l’aide de l'Aquarius, qui demande à la France l'autorisation d'accoster à Marseille, la journée d'hommage aux harkis, la...

En savoir plus

25/09/2018 Revue de presse

"ONU : multilatéralisme vs. souveraineté"

Dans la presse, ce mardi 25 septembre, l'ouverture de la 73e assemblée générale de l'ONU, et les efforts de la France pour faire entendre la voix de la diplomatie, ds avancées...

En savoir plus

24/09/2018 Revue de presse

"Ariane, succès européen, défi américain"

Dans la presse, ce lundi 24 septembre, le lancement, en Inde, d'un programme de santé pour les plus pauvres, et la polémique provoquée par les propos de François Hollande sur la...

En savoir plus