Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

Affaire Khashoggi : "Le prince et le meurtre"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Luis Almagro : "Une enquête sur le Venezuela doit être ouverte à la CPI"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Entre désistements et critiques, le "Davos du désert" s'ouvre à Riyad

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : Paul Biya réélu pour un 7e mandat présidentiel

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#pasdevague et #jesuisunabruti, journée chargée sur les réseaux sociaux français

En savoir plus

LE DÉBAT

Comores : les risques d'une crise politique

En savoir plus

FOCUS

Irak : des personnalités féminines anticonformistes en danger

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Le "Davos du désert" compromis par l'affaire Khashoggi

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Maroš Šefčovič : "Nous avons besoin d'intensifier le dialogue entre pays de l'Est et de l'Ouest"

En savoir plus

REPORTERS

Un reportage long format tourné par nos reporters ou nos correspondants aux quatre coins du monde. Le samedi à 22h10. Et dès le vendredi, en avant-première sur internet!

Dernière modification : 15/12/2017

Vidéo : le Soudan du Sud, pays maudit

© Capture d'écran France 24

Au Soudan du Sud, la guerre civile qui ravage le pays depuis quatre ans l’a rendu exsangue. La famine sévit dans toutes les zones de conflit et frappe en priorité les déplacés qui, au hasard des batailles perdues, doivent tout quitter pour survivre. Nos reporters Charles Emptaz et Olivier Jobard sont allés à leur rencontre dans la région de Jonglei, côté rebelle, alors que les troupes gouvernementales menaient l'offensive et s’emparaient de sa capitale, Waat.

Au Soudan du Sud, les rebelles attendent la saison des pluies comme le Messie. Prévus pour bientôt, les déluges qu’elle provoque devraient en effet stopper net l'avancée des troupes et des chars du gouvernement qui se sont emparées de Waat, la capitale régionale de l'État du Jonglei, à l'Est du pays. Cette bataille a jeté sur les routes de l'exode des dizaines de milliers de civils de l'ethnie Nuer, principaux soutiens des rebelles. Nous les avons rencontrés à une dizaine de kilomètres de la ligne de front.

>> Notre grand reportage "Soudan du Sud : la peur des massacres au quotidien"

Déplacées dans les campagnes avoisinantes, des familles auparavant citadines en sont réduites à dormir par terre, abritées sous des acacias verts. Elles se nourrissent des feuilles bouillies de cet arbre, quand des "rations de survie nourrissante" au beurre de cacahuète ne leur sont pas tombées du ciel, larguées par les avions de l'US Aid. Les plus chanceux, ceux qui ont pu emporter quelques milliers de shillings dans la débâcle, ne cherchent qu'à fuir ces villages, trop proches des troupes adverses. Certains partent s'entasser dans de vieux camions russes pour un voyage chaotique en direction de l'Éthiopie voisine. Il faut parfois jusqu'à une semaine entière pour atteindre ce pays en paix, où les écoles n'ont pas fermées. Un voyage de 200 kilomètres dans la boue noire.

Culture de la violence

Seuls les femmes et leurs enfants sont véritablement autorisés à partir, les hommes étant priés de rester et de se battre pour empêcher le repeuplement de la région par l'ethnie adverse... Dès la fin de l'école, à huit ans, les plus jeunes se familiarisent au maniement de la kalachnikov. Le fusil devient un compagnon de chaque instant, qui sert tout aussi bien à tuer les gazelles, se protéger des voleurs de bétail ou attaquer dans des raids éclairs les troupes du gouvernement honni.

>> Reportage "Soudan du Sud : la famine, arme de guerre"

Cela fait trente ans que durent les guerres dans la région... La culture de la violence est partagée par tous. Dès l'adolescence, la plupart des jeunes aux visages scarifiés intègrent l'Armée blanche, une milice en guenilles qui avance pieds nus, les épaules lestées de lance-roquettes, de mitrailleuses lourdes ou d'armes légères, au son des chants révolutionnaires célébrant les victoires passées et celles à venir. Ses soldats iront vaincre ou mourir, non pour un chef ou un héros charismatique, mais pour cette idée qu'en pays Nuer, les jeunes doivent protéger leurs aînés et que la terre et ses pâturages sont les biens les plus précieux bien de la communauté.

Par Charles EMPTAZ

Les archives

19/10/2018 Reporters

Le Brexit, un océan d'incertitudes pour les pêcheurs

La sortie du Royaume Uni de l'Union Européenne va entraîner des conséquences pour les pêcheurs, français notamment, qui avaient jusque là toute liberté pour jeter leurs filets...

En savoir plus

12/10/2018 Reporters

Reporters : Rohingya, l'impossible retour

Près d'un million de Rohingya ont fui les violences de l'armée birmane et survivent aujourd'hui au Bangladesh, dans le plus grand camp de réfugiés au monde. De l'autre côté des...

En savoir plus

05/10/2018 Reporters

Reporters : Rio sous la menace des milices

Le 14 mars 2018, Marielle Franco, conseillère municipale de Rio, était violemment assassinée. Cette militante de 38 ans dénonçait la corruption des puissants et le pouvoir des...

En savoir plus

28/09/2018 Reporters

Sauver les enfants esclaves en Inde, le combat de Kailash Satyarthi

En Inde, un enfant disparaît toutes les 8 minutes. À New Delhi, 6 sur 10 ne sont jamais retrouvés. On les appelle "la génération perdue", mais ils ne se sont pas évaporés....

En savoir plus

21/09/2018 Reporters

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

Alors que l’ONU a affirmé mercredi que la Colombie reste le principal producteur de cocaïne au monde avec des hausses record des plantations de coca, nos reporters se sont rendus...

En savoir plus