Accéder au contenu principal
AUTRICHE

Autriche : le nouveau gouvernement de droite et d'extrême droite a prêté serment

Le président autrichien Alexander Van der Bellen a appelé, lundi 18 décembre 2017, le nouveau gouvernement de Sebastian Kurz à "respecter l'histoire autrichienne".
Le président autrichien Alexander Van der Bellen a appelé, lundi 18 décembre 2017, le nouveau gouvernement de Sebastian Kurz à "respecter l'histoire autrichienne". Roland Schlager, APA, AFP
|
Vidéo par : Hanane SAÏDANI
2 mn

Les membres du gouvernement autrichien dirigé par Sebastian Kurz ont prêté serment lundi, à Vienne. À cette occasion, plusieurs milliers de personnes ont manifesté contre la participation du parti d'extrême droite FPÖ au gouvernement.

Publicité

Le nouveau gouvernement autrichien a prêté serment lundi 18 décembre, à Vienne. Dirigé par Sebastian Kurz, issu du parti conservateur ÖVP, il signe l'arrivée au pouvoir d'une coalition formée par la droite et l'extrême droite.

>> À lire : "Autriche : l'extrême droite obtient trois ministères régaliens, dont l'Intérieur"

Alors que le nouveau chancelier de 31 ans était investi par le chef de l'État Alexander Van der Bellen, aux côtés du vice-chancelier Heinz-Christian Strache, chef du parti d'extrême droite FPÖ, des milliers de personnes s’étaient rassemblées pour protester contre la participation du FPÖ au gouvernement.

Grab Caroline de Camaret Autriche

Les manifestants, dont beaucoup de jeunes, étaient encadrés par d'importantes forces de police qui ont canalisé le rassemblement sur la place des Héros, un lieu emblématique de l'histoire autrichienne où Hitler fit un discours en 1938 pour prononcer le rattachement de l'Autriche à l'Allemagne.

Conscient que certains Autrichiens sont "hostiles" au nouveau gouvernement, Alexander Van der Bellen, un écologiste libéral, a appelé le nouveau gouvernement à "respecter l'histoire autrichienne, [...] ses pages positives comme ses pages sombres", à "respecter les droits des minorités et ceux qui pensent différemment".

L'alliance ÖVP-FPÖ vient couronner une année faste pour l'extrême droite en Europe, qui a également réalisé une forte progression aux Pays-Bas, en France et en Allemagne, sans toutefois parvenir à s'y hisser au pouvoir.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.