Accéder au contenu principal

En Corée du Sud, la cryptomonnaie touchée et coulée après plusieurs attaques informatiques

Vicky Leta/Mashable

Youbit, plateforme d'échange de monnaies cryptographiques en Corée du Sud, ferme ses portes après une série d'attaques informatiques qui auraient été menées par la Corée du Nord.

Publicité

Pour la deuxième fois de l’année, la plateforme d’échange de cryptomonnaie sud-coréenne, nommée Youbit, a subi les foudres de mystérieuses attaques informatiques. C’était la fois de trop : Youbit a annoncé, mardi 19 décembre, être en faillite et fermer ses portes.

VOIR AUSSI : Les néonazis américains se font un fric monstrueux grâce au bitcoin

Youbit permettait d’acheter et de vendre des bitcoins et d’autres cryptomonnaies comme l’ethereum ou le bithumb. En avril dernier, comme le rapporte l’AFP, près de 4 000 bitcoins, qui avaient à l’époque une valeur estimée à 5,5 milliards de wons, soit cinq millions de dollars, avaient été dérobés lors d’une cyberattaque imputée à la Corée du Nord. C’était 40 % des actifs de la principale plateforme d’échange de cryptomonnaies dans le pays qui avait été dérobé, rien de moins. Cette fois, c'est 17 % des actifs qui ont été volés, mettant à genoux la plateforme.

Ce deuxième assaut des pirates sera donc fatal pour Youbit. La direction a publié un communiqué qui ne fait aucun doute sur la suite du site : "Nous allons fermer tous les échanges, suspendre tous les dépôts et les retraits et prendre des mesures pour déclarer la faillite. Les actifs en cryptomonnaie des clients seront en conséquence dévalués de 25 %".

Des hackers nord-coréens avaient été accusés d'avoir transféré près d'un milliard de dollars

Cette fermeture porte un coup conséquent à la légitimité et la sécurité des investissements des cryptomonnaies, en particulier la plus populaire, le bitcoin. En effet, les échanges sud-coréens en bitcoins représentent 20 % des échanges mondiaux et globaux de la devise. En Corée du Sud, la demande est si forte qu’on considère qu’un million de personnes a investi dans la cryptomonnaie et que le cours s’élève à 20 % de plus qu’aux États-Unis.

La Corée du Nord, grand méchant hacker dans la bergerie

La presse sud-coréenne a rapidement mis en cause la Corée du Nord. Comme le rapporte Business Insider, citant l'agence de presse sud-coréenne Yonhap, environ 100 millions de wons coréens (88 000 dollars) auraient été volés sur des plateformes de Corée du Sud entre 2013 et 2015 par la Corée du Nord.

Mais c'est en 2016 que ces assauts informatiques se sont drastiquement accélérés, alors que le cours du bitcoin commençait à dépasser toutes les attentes. Des hackers nord-coréens avaient été accusés d'avoir transféré près d'un milliard de dollars d'un compte de la Bangladesh Bank à la Fed de New York, en utilisant le système de messagerie Swift.

"C’est un fait que la Corée du Nord pirate les transactions en monnaies virtuelles. On ne sait pas encore combien elle a volé jusqu’à maintenant, mais on sait que la police a confirmé que le régime avait lancé plusieurs tentatives de piratages", affirmait Lee Dong-geun, directeur de l’Agence de sécurité du Net de la Corée du Sud, à CNN la semaine dernière. Le fait est que le piratage de bitcoin est un moyen simple et rapide de faire de l'argent pour la Corée du Nord, en marge du système monétaire mondial, mais connu pour avoir formé une véritable armée de hackers.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.