Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun, Paul Biya réélu pour un 7e mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#pasdevague et #jesuisunabruti, journée chargée sur les réseaux sociaux français

En savoir plus

LE DÉBAT

Comores : les risques d'une crise politique

En savoir plus

FOCUS

Irak : des personnalités féminines anticonformistes en danger

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Le "Davos du désert" compromis par l'affaire Khashoggi

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Maroš Šefčovič : "Nous avons besoin d'intensifier le dialogue entre pays de l'Est et de l'Ouest"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Musique, mode, peinture : Mounia, égérie volcanique de la création

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Brexit : la bataille de la pêche a commencé

En savoir plus

Pas 2 Quartier

"Noise": Raconter sa ville au fil du RER

En savoir plus

FRANCE

Vol privé à 350 000 euros : Édouard Philippe "assume complètement"

© Alain Jocard, AFP | Édouard Philippe a invoqué mercredi 20 décembre 2017 un "élément impératif" pour expliquer le recours à un vol privé coûtant 350 000 euros.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/12/2017

Le Premier ministre a dû s’expliquer, mercredi, sur son recours à un vol privé Tokyo-Paris à 350 000 euros pour le ramener de Nouvelle-Calédonie avec sa délégation début décembre. Il évoque un "élément impératif".

"J'assume complètement cette décision, je l'assume tellement que je veux l'expliquer." Le Premier ministre Édouard Philippe a tenté d'expliquer le recours à un vol privé Tokyo-Paris à 350 000 euros pour le ramener plus vite et confortablement de Nouvelle-Calédonie avec sa délégation, début décembre.

"On savait qu'il n'y avait pas de vol commercial à l'heure où on allait rentrer. Et on savait qu'il fallait rentrer pour un élément impératif, qui est que le président partait le mercredi matin de notre retour" en Algérie, s'est-il défendu sur RTL.

"La règle, c'est que, dans toute la mesure du possible, on essaie de faire en sorte que le Premier ministre ou le président de la République soit sur le territoire national", a-t-il encore plaidé.

Dans la nuit du 5 au 6 décembre, lors d'une escale technique à Tokyo d'un A340 de l'armée de l'air, qui le ramenait avec plusieurs ministres et une soixantaine de personnes en métropole, le chef du gouvernement et une large partie des passagers ont embarqué dans un autre A340 aux sièges de première classe, loué par Matignon à une entreprise privée pour 350 000 euros.

Deux heures d'avance

Cet avion s'est posé à Paris deux heures avant l'autre A340 de l'armée de 275 sièges économiques, arrivé quasiment à vide. Une information confirmée par l’entourage d’Édouard Philippe à l’AFP.

L'A340 de l'armée s'est d'ailleurs posé à 9 h 30 à Roissy, selon Matignon, soit au moment où Emmanuel Macron décollait pour l'Algérie : une des têtes de l'exécutif se serait donc bien trouvée en France.

Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a évoqué la polémique, mercredi, en rendant compte du Conseil des ministres. "Ces sommes sont impressionnantes", a-t-il convenu. Mais, "il sera difficile de faire ce procès à ce gouvernement de ne pas avoir diminué drastiquement les coûts de fonctionnement des cabinets. [...] Chaque ministre et le Premier ministre à l'évidence prennent un soin particulier à avoir la gestion parcimonieuse des deniers publics".

Avec AFP

Première publication : 20/12/2017

  • FRANCE

    Notre-Dame-des-Landes : une "décision claire" prise "avant fin janvier", selon Matignon

    En savoir plus

  • OUTRE-MER

    Antilles : Édouard Philippe au chevet des sinistrés des ouragans Irma et Maria

    En savoir plus

  • FRANCE

    Édouard Philippe annonce un nouveau plan contre l'antisémitisme, "bête immonde"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)