Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DEMAIN À LA UNE

Égypte : nouveau procès pour Ahmed Douma, icône de la révolution

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'enjeu sécuritaire des législatives en Afghanistan

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Luis Aguiriano : "Je ne pense pas que Manuel Valls sera maire de Barcelone"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Malgré l'article 7, des sanctions impossibles contre la Pologne et la Hongrie ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'improbable rencontre entre Donald Trump et Kanye West

En savoir plus

L’invité du jour

Monique Pinçon-Charlot : "La fraude fiscale est une arme pour asservir le peuple"

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Attractivité : le concours de beauté de l’économie

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Affaire Khashoggi : quelles conséquences économiques pour l'Arabie saoudite ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Quand la Chine 'rééduque' ses musulmans"

En savoir plus

Découvertes

Le gouvernement annonce que le délit de maltraitance animale s'appliquera désormais aux abattoirs

© VCG/Getty

Texte par France 24 Découvertes

Dernière modification : 21/12/2017

Toute maltraitance sur un animal dans un abattoir ou lors de son transport sera désormais susceptible d'être punie au pénal, doit annoncer le gouvernement ce jeudi. La mesure sera inscrite dans le code rural.

C’est une victoire pour quiconque respecte les bêtes. Une source gouvernementale, rapporte l’AFP, a fait savoir que le délit de maltraitance animale, déjà applicable aux animaux domestiques, sera étendu aux abattoirs dans le projet de loi qui sera dévoilé ce jeudi par le Premier ministre à l’issue des États généraux de l’alimentation.

VOIR AUSSI : Les inspections dans les abattoirs vont-elles vraiment changer les choses ?

"Dans le projet de loi est accroché un article étendant au pénal les mauvais traitements sur animaux lors du transport d'animaux vivants et dans l'industrie alimentaire, notamment les abattoirs", a précisé cette source, ajoutant que "la création de ce délit sera inscrite dans le code rural". Une mesure réclamée de longue date – et particulièrement après les multiples scandales de maltraitance dans plusieurs élevages et abattoirs français par l’association de défense des animaux L214 – par de nombreux défenseurs des animaux.

Les États généraux de l'alimentation, qui auront duré cinq mois, ont eu entre autres pour objectif d’équilibrer les relations commerciales entre agriculteurs, les transformateurs et les distributeurs, en prenant en compte une donnée capitale : la transition écologique de l'agriculture doit s’opérer, et vite.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 21/12/2017