Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

BILLET RETOUR

Billet Retour à Semeï : les enfants du nucléaire au Kazakhstan

En savoir plus

L’invité du jour

Étienne Épron : "Les sanctions internationales peuvent s'assimiler à une guerre économique"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

L'Algérie interdit le niqab dans les lieux de travail

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Johnny Hallyday : "Même pas mort"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

L'industrie se rue sur les robots

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Cameroun : la demande d'annulation du scrutin rejetée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'affaire Khashoggi écorne un peu plus l'image de l'Arabie saoudite

En savoir plus

LE DÉBAT

Disparition de Jamal Khashoogi : menaces sur la presse

En savoir plus

POLITIQUE

Perquisitions chez Mélenchon : le leader de la France insoumise en fait-il trop?

En savoir plus

Asie - pacifique

Le Conseil de sécurité de l'ONU adopte à l'unanimité de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord

© Spencer Platt, AFP | Le Conseil de sécurité votait en particulier pour des restrictions aux importations de pétrole.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/12/2017

Le Conseil de sécurité de l'ONU s'est prononcé, vendredi, sur un projet américain de résolution durcissant les sanctions contre la Corée du Nord, en s'attaquant au pétrole et à la question des travailleurs nord-coréens à l'étranger.

Grâce au soutien de la Chine, le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté à l'unanimité, vendredi 22 décembre, une résolution imposant de nouvelles sanctions à la Corée du Nord. Elles concernent en particulier des restrictions aux importations de pétrole, crucial à ses programmes de missiles et nucléaire.

>> À voir sur France 24 : "LE DÉBAT - 'Tir de missile nord-coréen : qui peut arrêter Kim Jong-un ?' "

Le texte soumis au vote entend limiter les livraisons de brut à 4 millions de barils annuels. Les importations nord-coréennes de produits pétroliers raffinés, y compris diesel et kérosène, seraient plafonnées à 500 000 barils en 2018 contre 2 millions auparavant. Tous les pays seraient habilités à intercepter, inspecter, bloquer et saisir des bateaux soupçonnés de transporter des cargaisons illégales de ou vers la Corée du Nord.

Rapatriement de la diaspora

Le Conseil a donné son feu vert à ce texte, proposé jeudi par les États-Unis, qui ordonne également le rapatriement dans leur pays, d'ici à fin 2019, des Nord-Coréens envoyés travailler à l'étranger.Plusieurs dizaines de milliers d'entre eux ont été disséminés, principalement en Russie et en Chine, pour travailler et générer de précieuses devises pour leur pays d'origine. Selon l'ONU, ils travaillent dans des "conditions proches de l'esclavage".

"Le monde veut la paix, pas la mort"

Qualifiant la Corée du Nord "d'exemple le plus tragique du mal dans le monde moderne", l'ambassadrice américaine Nikki Haley a affirmé que les nouvelles sanctions étaient "le reflet de l'indignation internationale face aux actions du régime de Kim [Jong-un]".

La résolution "envoie un message sans ambiguïté à Pyongyang qu'une désobéissance obstinée n'entraînera que davantage de punition et d'isolation".

Le président américain Donald Trump a tweeté dans la foulée : "Le monde veut la paix, pas la mort".

Pyongyang est déjà visé par huit trains de sanctions onusiennes particulièrement drastiques, dont les deux derniers ont été adoptés cet été, toujours sous l'impulsion des Américains, après des essais de missiles et un test nucléaire menés par la Corée du Nord.

Avec AFP

Première publication : 22/12/2017

  • ÉTATS-UNIS

    Washington accuse la Corée du Nord d'être à l'origine de la cyberattaque mondiale Wannacry

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Les États-Unis prêts à parler avec la Corée du Nord "sans condition préalable"

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    La Corée du Nord affirme que son nouveau missile peut toucher tout le sol américain

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)