Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Royaume-Uni - Brexit : Quelles issues pour Theresa May et le Royaume-Uni ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Yarol Poupaud

En savoir plus

#ActuElles

Des employées enceintes harcelées au Japon

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Projet d'accord sur le Brexit : Theresa May, une première ministre bien isolée

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'avenir incertain de la démocratie libérale

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans le nord, sur la route de l’Art déco

En savoir plus

TECH 24

Audrey Tang, la hackeuse taïwanaise devenue ministre

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : "Nouvelle droite", vieilles idées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Japonismes 2018", à la (re)découverte de la culture nippone

En savoir plus

EUROPE

Les unionistes catalans : majoritaires en voix, minoritaires au Parlement

© Josep Lago, AFP | La dirigeante du parti anti-indépendantiste catalan Ciudadanos, Inès Arrimadas, levant les bras en signe de victoire, le 21 décembre, à Barcelone.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/12/2017

La dirigeante du parti anti-indépendantiste catalan Ciudadanos, Inès Arrimadas, a rappelé jeudi, au soir du scrutin régional, que son parti restait majoritaire en voix et que les séparatistes ne pouvaient pas s'exprimer au nom des Catalans.

Les séparatistes "ne pourront plus jamais parler au nom de toute la Catalogne", a déclaré la dirigeante du parti anti-indépendantiste catalan Ciudadanos à la suite du scrutin régional qui s’est tenu jeudi 21 décembre 2017, rappelant que les Catalans opposés à la sécession avaient démontré qu'ils étaient plus nombreux.

"Une chose est désormais encore plus claire (...) la majorité sociale soutient l'union avec le reste des Espagnols et des Européens et les partis nationalistes ne pourront plus jamais parler au nom de toute la Catalogne, car la Catalogne c'est nous tous", a tonné Inès Arrimadas, dirigeante du parti anti-indépendantiste.

>> À Lire : Élections en Catalogne : courte mais précieuse victoire des indépendantistes

"Un succès"

Pour son parti, le résultat des élections est un succès : Ciudadanos, fondé en 2006 justement pour lutter contre les nationalistes et la corruption, est la première force politique au Parlement, avec 37 sièges, contre 25 deux ans plus tôt.

Menant une campagne énergique, au nom de Catalans qui ne veulent plus taire leur attachement à l'Espagne, Inès Arrimadas a réussi à attirer les voix d'électeurs jusque-là démobilisés voire à en arracher au Parti populaire du chef du gouvernement, le conservateur Mariano Rajoy, qui a encore perdu du terrain dans la région où il est très impopulaire.

Son parti a obtenu 1,1 million de voix et la somme des suffrages pour les formations non indépendantistes - Ciudadanos, Parti socialiste, La Catalogne en commun et le Parti populaire - représente plus de 52 % des voix, davantage que les indépendantistes.

"Le processus (indépendantiste) n'incarne pas l'avenir"

Mais la loi électorale catalane prévoit un système de pondération des voix qui avantage les régions plus rurales, où les indépendantistes sont très implantés, d'où leur victoire en sièges.

Les trois partis indépendantistes ensemble ont plus de sièges (70 sur 135) et pourront donc gouverner s'ils arrivent à former une coalition.

"Le processus (indépendantiste) n'incarne pas l'avenir pour tous les Catalans et nous allons continuer à nous battre, même avec cette loi électorale injuste qui donne davantage de sièges à ceux qui ont moins de voix", a prévenu Inès Arrimadas, une juriste de 36 ans.

Pour la première fois un parti non nationaliste a "remporté les élections en Catalogne", a-t-elle encore souligné.

Avec AFP

Première publication : 22/12/2017

  • ESPAGNE

    Catalogne : les indépendantistes espèrent que Mariano Rajoy a "compris le message"

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Élections en Catalogne : courte mais précieuse victoire des indépendantistes

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Catalogne : scrutin décisif aux allures de référendum pour ou contre l'indépendance

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)