Accéder au contenu principal

Après avoir sauvé son poste, le président péruvien gracie son prédécesseur Alberto Fujimori

AFP

Quelques jours après avoir évité une destitution, le président péruvien a accordé une grâce à son prédécesseur Alberto Fujimori. Les partisans de ce dernier avait soutenu in-extremis l'actuel chef de l'État lors d'un vote crucial au Congrès.

PUBLICITÉ

Condamné et emprisonné pour corruption et pour des massacres commis dans la lutte contre l'insurrection maoïste, l'ancien président péruvien Alberto Fujimori a été gracié dimanche 24 décembre par l'actuel chef d'Etat, Pablo Kuczynski, qui a invoqué des raisons de santé.

Dans un communiqué diffusé tard dimanche soir, les services de la présidence expliquent qu'un examen médical a montré qu'Alberto Fujimori, qui est âgé de 79 ans, souffrait d'une maladie dégénérative et incurable.

L'annonce de la grâce présidentielle intervient quelques jours après l'intervention de partisans de Fujimori au Congrès pour empêcher qu'une motion de destitution ne soit votée contre l'actuel président.

Selon l'opposition, Kuczynski aurait évité la destitution en promettant à un groupe de parlementaires du parti Force populaire qu'il libérerait Fujimori en échange de leur soutien, ce qu'a réfuté le gouvernement.

Condamné à 25 ans de prison pour corruption et crimes contre les droits de l'homme, Alberto Fujimori, au pouvoir entre 1990 et 2000, est une figure controversée de l'histoire récente du Pérou. Certains le considèrent comme un dirigeant corrompu ayant mis sur pied des escadrons de la mort; d'autres le créditent d'avoir rétabli la stabilité économique et mis fin à l'insurrection sanglante des maoïstes du Sentier lumineux.

L'annonce de sa libération a provoqué des incidents dans les rues de Lima et des policiers en tenue anti-émeutes ont été déployés autour de la résidence de Kuczynski, dans le quartier financier de San Isidro.

Sur un plan politique, au moins deux ministres du gouvernement, opposés à sa grâce, ont informé Kuczynski de leur intention de démissionner, a-t-on appris de source gouvernementale. Le président péruvien a également enregistré la défection de deux députés de son parti, Péruviens pour le changement (PPK).

Lors de sa campagne électorale victorieuse du printemps 2016 face à Keiko Fujimori, la fille de l'ancien président, Kuczynski avait promis de ne pas lui accorder sa grâce.

"Afin de sauver sa peau, il a passé un accord avec les partisans de Fujimori pour gracier tristement un tueur corrompu", a réagi l'opposante Veronika Mendoza, dirigeante du Frente Amplio de gauche arrivée troisième du premier tour de l'élection présidentielle.

Le gouvernement Kuczynski dément avoir noué un accord de ce type avec Force populaire, dont dix élus emmenés par Kenji Fujimori, frère et rival de Keiko, se sont abstenus lors du vote de destitution visant l'actuel président. Au final, il a manqué huit voix à la motion présentée au Congrès pour contraindre le chef de l'Etat à la démission.

"Vous avez notre reconnaissance éternelle", a tweeté Kenji Fujimori à l'adresse de Kuczynski, précisant qu'il s'exprimait au nom de toute la famille de l'ex-président.

Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.