Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INFO ÉCO

Entre désistements et critiques, le "Davos du désert" s'ouvre à Riyad

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : Paul Biya réélu pour un 7e mandat présidentiel

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#pasdevague et #jesuisunabruti, journée chargée sur les réseaux sociaux français

En savoir plus

LE DÉBAT

Comores : les risques d'une crise politique

En savoir plus

FOCUS

Irak : des personnalités féminines anticonformistes en danger

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Le "Davos du désert" compromis par l'affaire Khashoggi

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Maroš Šefčovič : "Nous avons besoin d'intensifier le dialogue entre pays de l'Est et de l'Ouest"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Musique, mode, peinture : Mounia, égérie volcanique de la création

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Brexit : la bataille de la pêche a commencé

En savoir plus

Découvertes

Une petite ville américaine est envahie par les embouteillages à cause de l'appli de navigation Waze

© Getty Images / Tetra Images

Texte par Fabien JANNIC-CHERBONNEL

Dernière modification : 26/12/2017

Les itinéraires alternatifs ont transformé la vie des habitants de Leonia en enfer, les empêchant parfois de sortir de chez eux.

Les applis de navigation devaient pourtant nous aider à aller plus vite. Ouvrir Waze ou Google Maps avant de démarrer sa voiture est même devenu un réflexe pour beaucoup. Après tout celles-ci permettent d’éviter les embouteillages grâce à des itinéraires alternatifs. Mais il semble que pour une petite ville du New Jersey aux États-Unis, la promesse ait viré au cauchemar.

VOIR AUSSI : Pour aller à l’hôpital, les Américains préfèrent appeler un Uber qu'une ambulance

La ville en question s’appelle Leonia et a le malheur d’être située à côté d’une autoroute, explique le New York Times. Résultat : chaque matin et soir, lorsque la route principale est embouteillée, des milliers de conducteurs sont déviés dans les petites rues de la bourgade, empêchant les habitants de circuler normalement. Pire, la situation empêche également les véhicules de police et de secours d’arriver à bon port.

"Ce qui a changé les choses, ce sont les applis de navigation", explique le chef de la police locale, Tom Rowe, au New York Times. "Le matin, quand j’ouvre mon compte Waze, je trouve 250 000 ‘Wazers’ qui roulent dans la région. Nous avons eu des jours où les gens ne pouvaient même pas sortir de chez eux."

Les autorités locales ont trouvé une solution drastique pour mettre un terme à ce phénomène. D’après le site News 12 New Jersey, les non-résidents auront désormais interdiction de rouler dans près de 60 rues et ruelles de la ville. Une solution extrême, mais qui est visiblement légale. Les contrevenants s’exposent tout de même à une amende de 200 dollars.

Les limites du crowdsourcing

La situation de Leonia est loin d’être un cas unique aux États-Unis et dans le monde. Des villes comme Los Angeles et Tel Aviv subissent le même phénomène. Et faute de réaction de la part des autorités locales, certains habitants ont décidé d’agir seuls. Waze fonctionnant sur un modèle de crowdsourcing pour mettre à jour ses informations, certains se sont mis à déclarer de faux accidents de la route, dans le but de détourner les automobilistes loin de chez eux.

Waze défend pour l’instant son modèle. L'entreprise, rachetée par Google en 2013, indique utiliser des "éditeurs de cartes locaux", chargés de changer la classification des routes suivant les décisions des autorités locales. Mais la société refuse de changer sa façon de faire. On se dit que l'une des solutions pourrait être d’introduire des transports publics plus efficaces. Mais il semble, à en croire les médias américains, que l’idée n’a effleuré personne.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 26/12/2017