Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DEMAIN À LA UNE

Égypte : nouveau procès pour Ahmed Douma, icône de la révolution

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'enjeu sécuritaire des législatives en Afghanistan

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Luis Aguiriano : "Je ne pense pas que Manuel Valls sera maire de Barcelone"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Malgré l'article 7, des sanctions impossibles contre la Pologne et la Hongrie ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'improbable rencontre entre Donald Trump et Kanye West

En savoir plus

L’invité du jour

Monique Pinçon-Charlot : "La fraude fiscale est une arme pour asservir le peuple"

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Attractivité : le concours de beauté de l’économie

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Affaire Khashoggi : quelles conséquences économiques pour l'Arabie saoudite ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Quand la Chine "rééduque" ses musulmans"

En savoir plus

Découvertes

En 1587, un cartographe a réalisé un immense atlas du monde rempli de licornes de Sibérie et autres créatures étranges

© David Rumsey Map Collection

Texte par Benjamin BRUEL

Dernière modification : 27/12/2017

Une carte exceptionnelle et gigantesque a été assemblée par des chercheurs de Stanford. Elle montre une vision du monde à la fois originale et représentative des croyances du XVIe siècle.

Une immense et pittoresque carte du monde, dessinée il y a 430 ans, a été récemment restaurée. Monstres géants, sirènes ou licornes de Sibérie, le monde tel que le percevaient nos ancêtres avait l’air d’être un sacré foutoir.  

VOIR AUSSI : Rétroprojecteur: dans le monde étrange et fascinant des cartes médiévales

Longue et large de près de trois mètres, la carte était divisée en une soixantaine de feuillets réunis dans un énorme atlas. Ce sont des chercheurs de l’université de Stanford qui, au sein du David Ramsey Map Center, ont assemblé numériquement l’ensemble de l’œuvre pour lui donner une cohérence visuelle.

Comme le rapporte le National Geographic, c’est un cartographe italien, nommé Urbano Monte, qui aurait réalisé ce chef-d’œuvre en 1587. On sait encore peu de choses sur lui. Originaire d’une famille aisée de Milan, Urbano Monte était un gentleman curieux et amateur de géographie, une discipline qui prenait beaucoup d’ampleur au XVIe siècle, période d'émulation culturelle et intellectuelle.

Sur sa carte, on peut voir qu’il s’inspira du savoir-faire de son temps, reprenant les travaux de géographes plus âgés en y ajoutant les trouvailles récentes, comme les îles de Terre de Feu en Amérique du Sud. Les chercheurs ont aussi découvert que, grâce à ses connexions en haut lieu, Urbano Monte a pu rencontrer la première délégation japonaise à visiter l’Europe, en 1585. Grâce à cela, sa carte contient de nombreux endroits du Japon qu’aucune autre représentation européenne du monde ne décrivait à l'époque.

Dans son ensemble, la carte est assez représentative de la connaissance (et des erreurs) de la géographie européenne du XVIe siècle. On y trouve plusieurs fantaisies, à l’image des bêtes et créatures qui peupleraient le monde. Comme ses contemporains, Urbano Monte avait tendance à vouloir remplir les trous de la carte. Par exemple, Urbano Monte ayant vécu en même temps que Philippe II d’Espagne, monarque espagnol à l’origine de l’Invincible Armada, les mers sont peuplées de navires appartenant au royaume d’Espagne.

L’une des plus grandes réussites du cartographe est sans doute d’avoir donné un aspect sphérique à la Terre. La carte d’Urbano Monte est circulaire, positionnant le Pôle Nord au centre et les lignes de longitude partant de celui-ci. C’est ce qu’on appelle une projection azimutale, une vision du monde qui n’est devenue populaire qu’au début du XXe siècle, grâce à l’aviation.

La carte a été achetée par David Ramsey, fondateur du centre éponyme à Stanford, en septembre dernier. Avec son neveu, ils ont scanné l’ensemble des feuillets avant de faire appel à d’autres chercheurs de l'université américaine pour mieux la comprendre. Toutes les parties de la carte sont désormais disponibles en ligne. La cartographe Katherine Parker a également réalisé un essai plus complet (mais accessible à chacun) sur la carte.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 27/12/2017