Accéder au contenu principal

Macron demande à l'Arabie saoudite de lever le blocus contre le Yémen

AFP

Emmanuel Macron s'est récemment entretenu avec le roi d'Arabie saoudite pour lui faire part de "sa forte préoccupation face à la situation au Yémen" et lui demander de "lever entièrement le blocus" dans ce pays, a indiqué mercredi l’Élysée.

Publicité

Emmanuel Macron a appelé le roi Salman d'Arabie saoudite à lever "entièrement" le blocus imposé au Yémen par la coalition dirigée par le royaume wahhabite, a-t-on appris mercredi 27 décembre auprès de l'Élysée.

>> À lire : Un million de cas de choléra au Yémen, selon le CICR

Le président français, qui s'est entretenu dimanche avec le souverain saoudien, lui a "fait part de sa forte préoccupation face à la catastrophe humanitaire" dans ce pays en guerre depuis trois ans, précise-t-on de même source. Il a "appelé le roi à lever entièrement le blocus pour permettre à l'aide humanitaire et les biens commerciaux d'entrer au Yémen", dit-on encore à l'Élysée.

La coalition militaire conduite par les Saoudiens a annoncé début novembre la fermeture temporaire des accès aériens, terrestres et maritimes afin d'empêcher l'armement des rebelles houthis par l'Iran, après le tir d'un missile en provenance du Yémen sur Riyad. Un second missile balistique tiré par les miliciens chiites houthis du Yémen en direction de Riyad a été intercepté la semaine dernière par les systèmes de défense saoudiens, sans faire de dégât.

>> À lire : Le Yémen menacé d'une famine sans précédent

Le chef de l'État français a "rappelé la condamnation par la France du tir houthi du 19 décembre et de toute atteinte à l'intégrité du territoire saoudien". Lors du même entretien, Emmanuel Macron "a rappelé qu'il n’y avait pas de solution militaire au conflit au Yémen et qu'il était primordial que les deux parties reviennent à la table des négociations".

Le chef du Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (Ocha) a demandé au début du mois une levée totale du blocus du Yémen, où 7 à 8 millions de personnes sont "au bord de la famine" dans le cadre d'un conflit civil qui a fait plus de 10 000 morts.

Avec Reuters et AFP

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.