Accéder au contenu principal

Soudan du Sud : accord sur un cessez-le-feu permanent sous 72 heures

Le président sud-soudanais Salva Kiir et son rival Riek Machar à Addis Abeba, le 21 juin 2018.
Le président sud-soudanais Salva Kiir et son rival Riek Machar à Addis Abeba, le 21 juin 2018. Reuters

Les factions rivales sud-soudanaises ont signé, mercredi, à Khartoum, un cessez-le-feu qui entrera en vigueur dans 72 heures, relançant l'espoir d'un accord de paix dans le pays où un conflit fait rage depuis 2013.

Publicité

Le président sud-soudanais Salva Kiir et son rival Riek Machar se sont mis d'accord mercredi 27 juin sur un cessez-le-feu "permanent" d'ici 72 heures, soulevant l'espoir qu'un accord de paix puisse être trouvé pour mettre un terme à la guerre civile dans leur pays.

"Toutes les parties se sont entendues sur un cessez-le-feu permanent (qui entrera en vigueur) sous 72 heures", a annoncé le chef de la diplomatie soudanaise Al-Dirdiri Mohamed Ahmed, avant que les chefs rivaux ne signent le document en présence du président soudanais Omar el-Béchir.

>> À lire : Soudan du Sud : "Le moment est venu" d'imposer des sanctions, estime Moussa Faki

Les deux hommes participent depuis lundi à un nouveau round de discussions à Khartoum dans le but de trouver une issue au conflit qui ravage leur pays depuis 2013. Ils ont exprimé ces derniers jours leur espoir de parvenir à un accord de paix.

Dizaines de milliers de morts, des millions de déplacés

Ces pourparlers suivent un sommet des États d'Afrique de l'Est à Addis Abeba, en Éthiopie, qui s'est achevé sans percée, alors que l'ONU a donné jusqu'à fin juin aux belligérants pour arriver à "un accord politique viable", en brandissant la menace de sanctions.

Le Soudan du Sud a obtenu son indépendance du Soudan en 2011. Le pays s'est enfoncé dans une guerre civile fin 2013 quand Salva Kiir a accusé son ancien vice-président, Riek Machar, de fomenter un coup d'État.

Le conflit a fait des dizaines de milliers de morts et des millions de déplacés. Des centaines de milliers ont trouvé refuge au Soudan, selon l'ONU.

AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.