Accéder au contenu principal

La jihadiste française Émilie König arrêtée en Syrie

Un panneau de l'organisation État islamique, dans la ville d'Al-Sukhnah, le 13 août, en Syrie.
Un panneau de l'organisation État islamique, dans la ville d'Al-Sukhnah, le 13 août, en Syrie. AFP (archives)

Émilie König, la jihadiste bretonne qui a pris une part active dans la propagande de l'organisation État islamique, a été arrêtée par les forces kurdes en Syrie. Sa mère, qui affirme que sa fille s'est repentie, demande son rapatriement en France.

Publicité

Elle a joué un rôle important de propagandiste et de recruteuse sur les réseaux sociaux pour le groupe État islamique (EI) : figure de la mouvance jihadiste française, Émilie König, 33 ans, a été arrêtée par les forces kurdes en Syrie, selon sa mère. Émilie König, dont l'arrestation a été révélée par RMC et BFMTV, se trouverait en compagnie de ses trois enfants nés en Syrie.

>> À lire sur France 24 : "Irak-Syrie : la France face au problème des 'revenants' et de leurs enfants"

Interrogée par Ouest-France, sa mère, âgée de 70 ans et vivant près Lorient (Morbihan), assure avoir eu sa fille au téléphone en fin de semaine dernière. "Détenue dans un camp kurde, elle a été interrogée et torturée", a-t-elle affirmé, appelant les autorités françaises à la "rapatrier" avec ses enfants.

Émilie König s'était rendue en pionnière, dès 2012, en Syrie. En septembre 2014, l'ONU l'avait placée sur sa liste noire des combattants les plus dangereux. Un an plus tard, les États-Unis l'enregistraient à leur tour parmi les "combattants terroristes étrangers" visés par des sanctions internationales.

Propagande

Née à Lorient d'un père gendarme, dernière d'une famille de quatre enfants élevés seuls par leur mère, Émilie König suit d'abord une scolarité normale avant de se convertir au contact de son premier mari, algérien d'origine, emprisonné pour trafic de drogue.

Elle apprend l'arabe, se fait appeler Samra et se voile entièrement. Puis elle entame sa radicalisation au contact du groupe islamiste nantais Forsane Alizza, désormais dissous. Dès 2010, portant le niqab, elle est repérée près de la mosquée de Lorient, où elle tente de distribuer des tracts appelant au jihad.

Au printemps 2012, convoquée au tribunal, elle refuse de retirer son niqab et provoque une altercation avec un vigile, qu'elle filme et poste sur YouTube.

Dans la foulée, elle laisse ses deux enfants en France et part rejoindre en Syrie son nouveau compagnon, qui sera tué ultérieurement.

Le nom d'Émilie König apparaît alors dans l'enquête judiciaire sur la filière dite "de Nîmes" (Gard), dont quatre membres ont été condamnés à 8 à 10 ans de prison en septembre à Paris.

Si elle ne prend pas part aux combats, dans un mouvement où les femmes n'y sont pas autorisées, Émilie König apparaît souvent dans des vidéos de propagande.

Dans l'une d'elles, postée à la mi-2013, elle adresse un message à ses enfants restés en France. "N'oubliez pas que vous êtes musulmans", dit-elle à ses fils, confiés à leur grand-mère. "Le jihad ne cessera pas aussi longtemps qu'il y aura des ennemis à combattre."

La jihadiste appelle à l'aide et demande pardon

Les renseignements interceptent aussi les appels passés à ses contacts en France pour les inciter à attaquer les institutions françaises, ou à s'en prendre aux femmes de soldats français.

Alors que l'EI est en pleine déroute sur le terrain irako-syrien, une autre figure du jihadisme français a récemment été arrêtée: Thomas Barnouin, un Albigeois de 36 ans, est tombé à la mi-décembre aux mains des combattants kurdes en Syrie, où il était parti se battre en 2014.

D'après les services de renseignement français, "quelques dizaines" d'adultes français, combattants jihadistes ou leurs épouses, se trouvent actuellement dans des camps ou des prisons en Irak ou en Syrie. Le cas des femmes accompagnées de leurs enfants est le plus épineux, et Emmanuel Macron a indiqué en novembre que leur sort serait examiné au "cas par cas".

Sur la situation actuelle d'Émilie König et de ses enfants, sa mère a déclaré dans Ouest-France : "Entassés dans des conteneurs, pas nourris, ils ont déjà dû déménager trois fois".

>> À lire : Combattants malgré eux, les enfants bourreaux de l'organisation État islamique

Selon elle, le précédent appel de sa fille remontait au mois de juillet 2017. "Sa maison venait d'être bombardée, Émilie avait été partiellement brûlée", dit-elle, présentant sa fille comme "repentie": "Elle voulait revenir, elle demandait pardon, à sa famille, à ses amis, à son pays. Elle regrettait tous ses propos et assurait vouloir payer sa dette en France."

La septuagénaire vient d'écrire au ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, afin de lui demander de "rapatrier" sa fille et ses enfants.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.