Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Brexit : la bataille de la pêche a commencé

En savoir plus

Pas 2 Quartier

"Noise": Raconter sa ville au fil du RER

En savoir plus

L’invité du jour

Farouk Mardam-Bey et Ziad Majed : "La dynastie Assad considère la Syrie comme une propriété privée"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Comment la Turquie instrumentalise l'affaire Khashoggi"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Le système Mélenchon"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Pascal Blanchard : "La domination des terres s'accompagne de celle des corps"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Les robots envahissent nos entreprises

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Miss Terre : la candidate libanaise disqualifiée à cause d'un cliché

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Disparition de Jamal Khashoggi : menaces sur la presse

En savoir plus

Découvertes

Un site de rencontres se dit "scientifiquement prouvé", sa pub est bannie du métro londonien

© Phillippe Bosse / ABC Via Getty Images

Texte par Émilie LAYSTARY

Dernière modification : 03/01/2018

"Rentre chez toi, le destin. C'est au tour de la science de se charger de l'amour" : avec ce slogan, le site de rencontres eHarmony vient de se faire épingler par l'organisme qui régule la publicité au Royaume-Uni.

En assurant pouvoir trouver l'âme sœur de n'importe qui selon une "machine scientifiquement prouvée", le site de rencontres eHarmony flirtait dangereusement avec les limites des fake news.

VOIR AUSSI : Tinder entame sa mue pour devenir un réseau social comme les autres

Le "Advertising Standards Authority" (ASA), l'équivalent britannique de notre autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP), a sommé l'entreprise de retirer sa publicité mensongère. "L'expression "scientifiquement prouvé(e)" doit être réservée aux choses qui le sont réellement, et non être utilisée comme de la poudre aux yeux pour attirer les gens qui cherchent l'amour", a rappelé Lord Lipsey, co-président de groupe parlementaire et ancien membre de l'ASA. 

De son côté, eHarmony jure utiliser un algorithme basé sur de solides théories en sciences des relations. Le site de rencontres promet ainsi que le questionnaire soumis à l'utilisateur inscrit permet de déterminer avec finesse ses traits de personnalité, ses valeurs et ses centres d'intérêt, afin de lui proposer des profils d'autres utilisateurs validant un certain pourcentage de caractéristiques communes et nécessaires pour construire un couple qui dure.

Des études scientifiques qui manquent de rigueur

L'algorithme est soi-disant basé sur des données collectées auprès de 50 000 couples mariés à travers 23 pays qui ont servi à construire des modèles. Pour convaincre de sa bonne foi, eHarmony a également fait parvenir à l'autorité régulant la publicité au Royaume-Uni le brevet de son algorithme ainsi que deux études prouvant la satisfaction conjugale de couples qui se sont formés grâce au site de rencontres.

[scald=63632:article_details {"additionalClasses":""}]

eHarmony a également expliqué que l'expression "scientifiquement prouvé" ne voulait pas dire que celui qui cherche l'amour le trouverait forcément sur cette plateforme, mais que ça pourrait en tout cas potentiellement être le cas. Mais pour l'ASA, l'assertion présente dans la publicité revient plutôt à dire que la science a prouvé qu'il y avait plus de probabilité de trouver l'amour sur eHarmony que dans la vraie vie. Un mensonge d'autant plus inacceptable que les études fournies par l'entreprise ne prouvaient pas spécialement que le taux de satisfaction des utilisateurs était plus élevé que sur d'autres sites.

"eHarmony a été conçu dans l'objectif de mettre la science et la recherche au service de la recherche de l'amour. Depuis plus de 17 ans, nous aidons des célibataires à se rencontrer et à devenir des couples heureux et sérieux, grâce à des modèles élaborés par des chercheurs en psychologie", s'est défendu le directeur du marketing de l'entreprise, avant de prendre acte de la décision de l'ASA.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 03/01/2018