Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

"Davos du désert" à Riyad entre tensions et contrats

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Stéphane Troussel : "L'État est défaillant en Seine-Saint-Denis"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Joachim Son-Forget : "Je ne suis pas déçu par l'action du président"

En savoir plus

FOCUS

Suicide d'agriculteurs en France : l'épidémie silencieuse

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Romain Duris : "On ne me connaît pas en dehors de mes rôles, et tant mieux"

En savoir plus

L’invité du jour

Annick Girardin : le référendum en Nouvelle-Calédonie est "historique"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Caravane des migrants : Trump "ne fait qu'empirer les choses"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Affaire Khashoggi : "Le prince et le meurtre"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Luis Almagro : "Une enquête sur le Venezuela doit être ouverte à la CPI"

En savoir plus

Economie

Cybercriminalité : face aux failles Meltdown et Spectre, les entreprises veulent rassurer

© Thomas Samson, AFP | Un grand nombre de micro-processeurs Intel sont vulnérables.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/01/2018

De nombreuses entreprises technologiques diffusent depuis jeudi des correctifs pour atténuer les inquiétudes nées de la révélation de failles de sécurité affectant la quasi-totalité des micro-processeurs Intel équipant ordinateurs et smartphones.

Microsoft, Amazon, Google, Mozilla, Apple… Devant la panique provoquée par la révélation des failles de sécurité Meltdown et Spectre affectant la quasi-totalité des micro-processeurs Intel équipant ordinateurs et smartphones, les entreprises diffusent en urgence des correctifs depuis jeudi 5 janvier.

Le groupe américain Intel ainsi que ses concurrents AMD et ARM avaient indiqué mercredi qu'un grand nombre de modèles de micro-processeurs – la pièce qui fait tourner serveurs informatiques, ordinateurs et téléphones portables –, pouvaient potentiellement être piratés et permettre l'accès à des informations stockées sur l'appareil ou le serveur, comme les mots de passe ou des clés de cryptage.

>> À lire sur Mashable FR : Ce que l’on risque concrètement, expliqué simplement

Des failles confirmées par l'agence américaine en charge de la cybersécurité (CERT), qui a également indiqué "ne pas avoir connaissance" de tentatives de piratage utilisant ces failles, baptisées Spectre et Meltdown ("fusion"), découvertes par des experts en sécurité informatique de Google.

Intel, ARM et AMD, ainsi que d'autres entreprises comme Microsoft, Amazon, Google ou Mozilla ont commencé à diffuser correctifs et mises à jour de sécurité pour limiter le problème.

Apple admet être concerné

À son tour, le groupe Apple a confirmé être concerné par ces failles dans la soirée du 5 janvier : "Tous les systèmes Mac et appareils (mobiles) iOS sont affectés mais il n'y a aucune attaque connue à l'heure actuelle", a fait savoir la firme à la Pomme sur son blog officiel.

Pour éviter toute possibilité de piratage, Apple "conseille de ne télécharger des applications que depuis des sites sûrs, comme l'App Store", a poursuivi le groupe, qui précise avoir diffusé des correctifs pour limiter l'impact possible de la faille "Meltdown" et en annonce d'autres prochainement.

Intel pense pouvoir résoudre le problème d'ici la semaine prochaine

Dans un nouveau communiqué diffusé jeudi, Intel a affirmé qu'il aurait d'ici la fin de la semaine prochaine "diffusé des mises à jour pour plus de 90 % de ses processeurs sortis ces cinq dernières années".

Malgré cela, le titre a encore perdu près de 2 % jeudi après avoir déjà clôturé en repli de 3,40 % la veille. Les inquiétudes viennent du fait que l'écrasante majorité des appareils électroniques et informatiques fabriqués ces dernières années dans le monde est équipée de puces de ce type.

Selon certains experts, au sujet de la faille touchant la puce elle-même, seul son remplacement par un micro-processeur conçu différemment permettrait de se prémunir durablement, une perspective lourde de conséquences pour tout le secteur.

Ceci étant, expliquent-ils également, un piratage de ces processeurs exige un niveau technique très élevé, limitant selon eux les risques.

Avec AFP

Première publication : 05/01/2018

  • ÉTATS-UNIS

    Washington accuse la Corée du Nord d'être à l'origine de la cyberattaque mondiale Wannacry

    En savoir plus

  • EUROPE

    Drogues : l'Europe redoute que le crime organisé investisse le "Darknet"

    En savoir plus

  • INFORMATIQUE

    Cyberattaque : le virus Bad Rabbit frappe près de 200 organisations en Russie et en Ukraine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)