Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Maroc - crise migratoire, la marine royale tire sur une embarcation de migrants : 1 mort

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls traverse la frontière pour devenir maire

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Ugo bernalicis : "La France de Macron rejoint Salvini"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Amélie de Montchalin : "Ce budget affirme que le travail paie"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La France de l'Occupation racontée par Pierre Assouline

En savoir plus

FOCUS

Une présence jihadiste, mais pas d'attentat : le cas singulier de l'Italie

En savoir plus

L’invité du jour

Reza : "Je ne suis pas photographe de guerre, je suis correspondant de paix "

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Vers un baril de pétrole à 100 dollars d'ici fin 2018 ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"ONU : multilatéralisme vs. souveraineté"

En savoir plus

EUROPE

Allemagne : la grande coalition, "une urgence au nom de l'Europe"

© Bernd Von Jutrczenka, DPA, AFP | La chancelière allemande Angela Merkel et le leader du parti social-démocrate SPD Martin Schulz se serrent la main avant le début des négociations pour une coalition politique, le 7 janvier 2018.

Texte par Thomas WHEELDON

Dernière modification : 08/01/2018

Plus de trois mois après les élections législatives en Allemagne, la CDU d’Angela Merkel et son allié bavarois de la CSU ont entamé des pourparlers avec le SPD. Pour Quentin Peel, spécialiste de l'Allemagne, "il y a urgence".

La chancelière Angela Merkel s'est dite "optimiste" à l'ouverture de nouvelles négociations pour former une coalition avec les sociaux-démocrates et sortir l'Allemagne de l'impasse politique, plus de trois mois après des législatives, marquées par une percée de l'extrême droite et un repli des partis établis.

Les négociations entre son parti, la CDU, son allié, la CSU, et les sociaux-démocrates du SPD se sont ouvertes dimanche 7 janvier à Berlin.

Dans une interview accordée à France 24, Quentin Peel, spécialiste de l'Allemagne au sein du think tank Chatham House à Londres, estime que la chancelière a de bonnes raisons d'être optimiste.

France 24 : Le parti d'extrême droite Alternative pour l'Allemagne (AfD) est arrivé en troisième position aux élections législatives du 24 septembre. Sa présence au Parlement peut-elle affecter les discussions entre la CDU/CSU et le SPD ?

Quentin Peel : L'AfD peut en effet nuire aux négociations. S'il y a une grande coalition, l'AfD deviendra le plus grand parti d'opposition, mais il est très divisé en termes de personnalités et de points de vue politiques. Le parti risquerait alors d’exposer ses fissures internes.

Si la tentative de coalition échouait et que de nouvelles élections étaient organisées, il y a un risque que l'AfD fasse encore mieux. Ce risque est discutable car l'électorat allemand est tout à fait conscient de la nécessaire stabilité politique et je ne serais pas surpris que la menace d'une instabilité persuade les électeurs de retourner vers les partis traditionnels.

[Quant aux orientations politiques], la montée de l'AfD met une pression réelle sur la CSU. À l'approche des élections fédérales bavaroises, la CSU craint de perdre des voix en faveur de l'AfD et durcit donc le ton, notamment sur l'immigration et les réfugiés. C’est une orientation qui risque d’être dure à accepter pour le SPD.

Quels autres points de politique intérieure marqueront ces négociations ?

Un sujet est particulièrement intéressant : la fiscalité. La CDU et la CSU sont favorables à la réduction des taxes pour les entreprises, alors que le SPD veut, s'il y a baisse des impôts, que les classes moyennes et plus modestes en payent moins et les plus favorisées en payent plus. Mais la situation budgétaire est saine, le budget est équilibré depuis quatre ans et l'Allemagne dispose de 20 milliards d'euros d'excédents. Il y a donc beaucoup d'argent à dépenser et c'est ce qui rend un tel accord séduisant.

>> À lire aussi : Allemagne : les sociaux-démocrates prêts à aider Merkel sous conditions

Le SPD souhaite donner un coup de pouce aux investissements, ce à quoi la CDU n'est pas opposée. Le problème reste d’obtenir un accord réellement avantageux malgré les difficultés à établir une politique fiscale sur le long terme. Je pense que le SPD va faire pression pour obtenir le ministère des Finances, une concession qu'Angela Merkel fera selon moi.

Qu'en est-il de la politique étrangère ?

Dans ce domaine, les deux camps se rapprochent plus qu’ils ne se divisent.  Tous les partis en discussion, à droite comme à gauche, souhaitent un bon accord européen et soutiennent le projet de réforme d’Emmanuel Macron. L'Europe est une urgence. D’autres dossiers comme les relations avec les États-Unis ou  la Russie sont critiques.

L’un des autres facteurs-clés pour une négociation réussie est le suivant : quand les discussions ont échoué pour la précédente "coalition jamaïcaine", le président Frank-Walter Steinmeier a fait pression sur tout le monde en rappelant que l’Allemagne avait besoin d’une coalition en raison de ses responsabilités internationales.

À lire aussi : La Turquie et l'Allemagne scellent le début du dégel de leurs relations

L'urgence est là. La "grande coalition" n’est pas populaire auprès des membres des partis qui sont des adversaires naturels, mais le sens des responsabilités la justifie – particulièrement la responsabilité internationale.

>> Pour lire l'article original (en anglais), cliquez ici

 

Première publication : 08/01/2018

  • DIPLOMATIE

    La Turquie et l'Allemagne scellent le début du dégel de leurs relations

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    Allemagne : les sociaux-démocrates prêts à aider Merkel sous conditions

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    Allemagne : prêt à négocier, le SPD refuse d’être instrumentalisé par Merkel

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)